Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Les fulgurances transcendantales de Ray Lema

Ray Lema à RFI – Novembre 2018. © Christian Rose

À 72 ans, Ray Lema se met à nu et dévoile son "moi" intérieur. À travers 9 nouvelles compositions, le subtil pianiste congolais laisse parler son âme et exprime sans retenue toute la richesse de son être et de sa créativité. La transcendance est le caractère de ce qui se situe au-delà d’un domaine pris comme référence, de ce qui est au-dessus et d’une autre nature. C’est encore ce qui est extérieur à la conscience ou ce qui dépasse l’horizon quotidien, c’est un dépassement de soi. Doit-on comprendre que le virtuose parvient aujourd’hui à une élévation telle de son art qu'il lui échappe ?

En écoutant Transcendance, le nouvel album de Ray Lema, l’engagement citoyen de l’auteur face aux tribulations du monde semble évident. Transcender nos différences est le vœu limpide de ce disque inspiré qui conjugue les rythmes et harmonies de plusieurs continents. L’afrobeat, la rumba congolaise, le jazz américain, les ornementations classiques européennes illuminent le répertoire du brillant pianiste, depuis de longues années, mais scintillent aujourd’hui avec force. Si la musique est une forme d’expression impalpable, elle transmet pourtant des émotions immédiates et mobilisatrices. Délivrer un message par le vocabulaire des notes est parfois plus efficace que la mélodie des mots. Ray Lema n’hésite d’ailleurs pas à alerter, dénoncer, s’insurger. Kivu’s Blues ou Le bout du chemin ne sont pas des compositions anodines. Elles évoquent des drames humains, des migrations forcées, des destinées ignorées ou oubliées.

 

© Christian Rose
Ray Lema au micro de Joe Farmer.

 

Depuis qu’il est retourné sur ses terres africaines en 2011, après 30 ans d’absence, Ray Lema semble vouloir universaliser son propos, transcender son histoire personnelle et libérer son esprit de toutes limites créatives. Il est, certes, le fruit d’une culture, il jouit de cette richesse africaine pour développer son art, mais il ouvre sans cesse son horizon et son écoute. De Cuba au Congo, du Brésil à la Chine, depuis plus de 50 ans, Ray Lema échange, partage, converse et joue avec les traditions. Fidèle à son désir d’intégrité, il se livre sans artifices, élève le débat et nous impose un examen de conscience.

Révèle-t-il ainsi une part de sa vérité ? Voilà une question métaphysique dont nous aurons peut-être la réponse, les 21, 22, 23 novembre 2018, à La Petite Halle de La Villette, lors des trois concerts inédits qu’il proposera au public parisien. En quintet avec son groupe actuel, en duo avec son homologue Laurent DeWilde, en soliste accompagné du quatuor Aquarius, Ray Lema transcendera les genres, les styles, les modes pour afficher, humblement, au grand jour l’ampleur de ses connaissances musicales et la multiplicité de son jeu virtuose.

Le site de Ray Lema

 

© Emmanuel Bovet
Sylvain Gontard, Irving Acao, Ray Lema, Rodrigo Viana, Nicolas Viccaro, Michel Alibo.