Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Le grand dessein de Monk

© RFI/Joe Farmer

Narrer "L’épopée" d’un musicien aussi singulier que Thelonious Monk relève de l’exploit tant son attitude, sa personnalité, sa virtuosité furent commentées par tous les historiens du jazz au XXe siècle. Il fallait donc imaginer une autre lecture de cette destinée pour capter la force expressive du créateur. Le dessinateur Bruno Liance et l’auteur Roland Brival se sont lancés dans une aventure audacieuse : pénétrer l’esprit tourmenté du génial pianiste en esquissant ses souvenirs, ses fantasmes, ses péripéties. Thelonious est disponible aux éditions Gallimard.

À la fin de sa vie, le pianiste Thelonious Monk vit reclus à New York chez la baronne Pannonica de Koenigswarter, héritière de la famille Rothschild, mais assez peu encline à se plier aux mondanités de son rang, préférant de loin la compagnie de musiciens jazz afro-américains. C’est donc auprès de "Nica" que Monk trouvera un havre de paix où il pourra laisser ses pensées divaguer et, finalement, l’emporter. Cette fin de vie sombre et mélancolique est judicieusement magnifiée par la plume du romancier et la craie du dessinateur. Le récit de Roland Brival n’est pas biographique. Il est guidé par la mémoire parcellaire d’un homme dont l’épopée chaotique fut aussi étincelante que surprenante. Ce sont les rêveries d’un artiste perdu dans le réel qui rythment cette histoire finement illustrée par les respectueuses représentations ombrées de Bruno Liance.

 

© Christian Rose
Bruno Liance et Roland Brival à RFI.

 

Thelonious Monk semble cheminer dans une nostalgie presque palpable. Il revoit les différents chapitres de sa vie tumultueuse nourrie d’incompréhension et de fulgurances créatives. Il est au Japon devant une ensorcelante geisha, il écoute John Coltrane au Five Spot de New York avec ses enfants, il pleure la mort de Charlie Parker, il tourne en rond dans un appartement froid et triste, il ne sait plus s’il est vivant… Thelonious se lit comme un scénario poignant, celui d’un grand soliste perclus de doutes qui attend une libération spirituelle définitive. Il est vrai que Monk fut un personnage imprévisible.

Son propre fils, le batteur T.S Monk, fut le premier à le reconnaître : "Je ne me suis rendu compte de l’importance de mon père qu’à l’âge de 18 ans. Je savais qu’il était différent des autres musiciens. Je dois dire honnêtement qu’à une certaine époque, je ne comprenais pas du tout ce que faisait mon père. J’étais un peu déconcerté. Pourquoi ne suivait-il pas les règles ? Il ne prenait pas le chemin qui aurait pu le rendre populaire plus rapidement comme ses collègues jazzmen. Pour eux, tout se passait de façon plus souple. Mon père, lui, suivait sa trajectoire et je ne comprenais pas pourquoi. En fait, je ne comprenais pas ce qu’il faisait, c’était tout simplement l’essence même de ce qu’est la musique. Une fois que j’ai réalisé cela, j’ai été bouleversé et j’en tremble encore. J’ai compris soudainement qui était réellement mon père et son importance dans l’histoire du jazz. Thelonious a construit les bases sur lesquelles se reposaient Dizzy Gillespie, Charlie Parker et John Coltrane. C’est un apport très subtil qui n’a jamais été reconnu à sa juste valeur. Sa contribution à l’histoire du jazz est énorme. Thelonious a dessiné le canevas harmonique qui a rendu plus visible, plus sensationnel, la mélodie et le rythme. Et puis, il m’a permis à moi de me rendre compte que j’étais un être humain normal puisque je n’étais pas le seul à ne pas comprendre ce qu’il faisait !".

© Getty images/John Bulmer
Le pianiste Thelonious Monk en 1960.

 

 

Le Catalogue Gallimard Hors-série-Littérature - "Thelonious" de Roland Brival

Le livre Thelonious, de Roland Brival dans le blogspot de Bruno Liance "Pirate des caramels"

Le site de Roland Brival

La biographie de Thelonious Monk - Club u jazz