Session Live entre Dayme Arocena et Les Filles de Illighadad, du Niger à Cuba

Les Filles de Illighadad à RFI et Dayme Arocena. © Mathieu Petolla/DR

Les filles viennent du désert quelque part au Niger. Fatou joue de la guitare électrique. Et ça ne rigole pas. Dayme Arocena est la voix montante de la musique cubaine.

Dayme Arocena Cd Cubafonia, Cuba
Native de la banlieue Diez de Octubre de la Havane, Dayme souligne le rôle qu’a joué son éducation dans la musicienne qu’elle est aujourd’hui : « Diez de Octubre a une influence afro-cubaine importante. Je suis née et ai vécu là toute ma vie, j’ai de solides bases en religion afro-cubaine - les chants, les rituels et les célébrations. Pour faire simple, j’ai une voix puissante. Mais lorsque je chante, je veux également que les gens apprécient la beauté des nuances et de la subtilité. D’après moi, lorsque je combine puissance et intelligence, je trouve mon style propre en tant que soliste », réfléchit Dayme avant d’entamer un chant invoquant Yemaya, la divinité Yoruba de la mer. Daymé Arocena est une protégée du producteur Gilles Peterson.

Dayme Arocena
 
Clip Dayme « Madres »
 


Les Filles de Illighadad Cd éponyme, Niger
Fatou Seidi Ghali, Alamnou, Akrouni et Mariama Salah Assouan viennent de la région des Illighadad, en plein cœur de la brousse du Niger, rarement on aura entendu des sons qui résonnent avec autant d’émotion que ceux des Filles de Illighadad. Fatou Seidi Ghali dirige ce groupe à la guitare et au chant, avec son jeu mesuré et calme, elle est l’une des seules guitaristes féminines de musique touareg, dans un monde dominé par le genre masculin. Ensemble avec ses cousines Alamnou et Mariama, au chant, elles vont droit à l’essence de cette musique des « ishumars », la mélangeant sur scène avec la tradition du « Tende », enregistrant leurs morceaux dans un grand studio ouvert : le désert. Une musique minimaliste, poétique et féminine où les rythmiques transes et ancestrales des Tendes viennent soutenir un blues lancinant et mélodieux. L’Amour, la religion, les difficultés de la vie, la joie de la communauté, la glorification de la nature et la culture Touaregs sont les thèmes distillés au gré de leurs morceaux (soyouzmusic).
 
Les Filles de Illighadad
 
Clip Fatou

 
Musiciens Dayme Arocena (chant)
Jorge Luis Lagarza (piano)
Rafael Aldama (basse)
Ruly Herrera ( drums)
 
Les Filles de Illighadad
Fatou Seidi Ghali, chant guitare
Alamnou Akrouni, chant percs
Mariama Salah Assouan, chant percs
Et un monsieur Madassane Ahmoudou, guitare
 

Fatou à RFI. © RFI/Laurence Aloir
Fatou Seidi Ghali, Alamnou Akrouni, Mariama Salah Assouan, Madassane Ahmoudou, Dayme Arocena et Mathieu Petolla à RFI. © RFI/Laurence Aloir