Histoire de la musique afro-cubaine et l’artiste cap-verdien Tito Paris

Couverture des albums de TIto Paris «Mim Ê Bô» & Orquesta Akokan «Akokan». © Ricardo Pimenta/Estúdios J.A. Santos/Orquesta Akokan

Une histoire de la musique afro-cubaine par Vladimir Cagnolari et entretien avec l’artiste cap-verdien Tito Paris pour son nouvel album Mim Ê Bô.

Chaque mois, Vladimir Cagnolari, rédacteur en chef du site Pan African Music, fait une programmation autour d’un thème. Aujourd’hui, la musique afro-cubaine avec :

1. Orquesta Akokan, Mambo Rapidito (album Akokan – Daptone Records 2018)
2. Charlie Parker & Machito, Mango mangue ( Mercury, 1949)
3. Benny Moré, Devuelveme el coco (album Y hoy como ayer, RCA 1992)
4. Benny Moré, Dolor Carabali (album Gran serie Benny More vol.7, Areito 1982)
5. Bebo Valdés, Buscando la melodia (album Recuerdos de Habana, Naive 1999)
6. Abelardo Barroso with Orquesta Sensacion, Un brujo en guanabacoa (album Cha Cha Cha, World Circuit 2014)
7. Orlando Cachaito Lopez, Mis dos pequenas (álbum Cachaito, World circuit 2001)
8. Cachao, Africa suite Elegua – extrait (album Master Sessions vol2, Epic 1995)
9. Cachao, Juana la Coja (album Master Sessions vol2, Epic 1995)
10. Celia Cruz, Rumbanacoa (Salsa Queen, Charly Records 2003)
11. Gnonnas Pedro, Yiri Yiri bom (Afro latin via Cotonou, discograph 2011)

→ A lire L’Orquesta Akokan
→ Vidéo Orquesta Akokan

Le retour de Tito Paris avec un nouvel album Mim Ê Bô et un concert parisien le 27 avril à la Cigale.

L’enfant chéri de Sao Vicente refait surface après 15 ans d’absence discographique. Né dans une famille de musiciens à Mindelo, il joue très jeune du cavaquinho, de la guitare et de la basse. A 19 ans, il rejoint Bana à Lisbonne et l’accompagne au sein du groupe Voz de Cabo Verde. Quelques années et quelques albums plus tard, cet amoureux virtuose de la morna sort Mim Ê Bô, « Moi c’est Toi ».

→ Vidéo Tito Paris Mim Ê Bô

Tito Paris est traduit par Ariel de Bigault.

 

© Ricardo Pimenta/Estúdios J.A. Santos
Tito Paris à la guitare.

©Ricardo Pimenta/Estúdios J.A. Santos

Facebook/Twitter édition