Session live avec Movézom et Fanfaraï, jazz, hip hop & raï

Fanfaraï & Movézom à RFI. © RFI/Laurence Aloir

François "Movézom" Malandrin
Son terrain de jeu, c’est très tôt la batterie et le jazz, terrain qu’il arpente aux côtés de Steve Potts, Eric Le Lann, Dominique Di Piazza, Jean-Philippe Viret, Médéric Collignon, Misja Fitzderald, Alexandra Grimal… Le jazz, il le conçoit avant tout comme un objet de métissage : il se produit et enregistre de 2002 à 2004 avec le groupe Pososhok, explorant ainsi l’univers des musiques africaines. Avec les groupes Panorama Circus et Asticot Palace, il s’immerge dans la musique électro. Il rejoint de 2010 à 2012 le rappeur La Canaille pour la sortie de son 2ème album. Aujourd’hui, il sort un album-hommage à John Coltrane en hip-hop avec des invités prestigieux comme Abiodun Oyewole (The Last Poets), les rappeurs Raashan Ahmad, Kohndo ou encore le saxophoniste Thomas de Pourquery.

Site Movézom Cd Revisiting The Trane

Movézom Revisiting The Trane, vidéo

 

Pochette Movézom (Movézom) et pochette Fanfaraï (Fanfaraï).

 

Fanfaraï Cd Raï is not dead / RFI Talent
Enfanté en 2005 par la formation traditionnelle Ziyara, Fanfaraï n’a cessé de se renouveler et de surprendre par ses constantes mutations artistiques. Avec 2 albums au compteur et un 3ème sur la route, ce groupe unique au monde tisse les liens entre les cultures, les continents, la tradition et la création contemporaine. De la rue à la scène, la formation a mûri grâce à sa recherche d’un son puissant et son travail scénique de qualité, tout en préservant une forte capacité à fédérer le public et à l’émouvoir !

Ce Big Band atypique fait dialoguer les sonorités traditionnelles d’Afrique du Nord, le jazz, les rythmiques et harmonies des musiques latines, turques et tziganes. Avec le cœur à l’ouvrage et l’âme de voyageurs, cette chaleureuse formation cuivrée propose une exploration sonore vibrante et métissée. Revisitant les patrimoines arabo-andalou, gnawa, berbère ou encore chaâbi, Fanfaraï fait dialoguer les instruments traditionnels de différents continents – derbouka, guellal, karkabou, oud et guembris maghrébins et congas cubaines – avec une section de cuivres solide, et depuis peu, une formation rythmique basse-clavier-batterie plus actuelle.

Après avoir tourné dans plus de 20 pays, sur 3 continents, Fanfaraï sort son nouvel album Raï is not dead.

Pour ce nouvel opus, hommage à Boutaïba Sghir, véritable icône du Raï, Fanfaraï a décidé de rassembler trois générations de musiciens de raï ayant marqué leurs époque en participant à la libération d’une parole et d’une créativité dans une Algérie ligotée par les rivalités internes, le conservatisme et l’extrémisme.

- Fanfaraï, Tour'n'sol Prod

- Fanfaraï teaser avec RFI Talent

 

 

Titres interprétés
Live 1 Fanfaraï Diri Yadik (chant Abdelkader Tab)
Live 2 Movézom To Be Seething avec Bruce Sherfield

Cd Fanfaraï pl.9 Manity
Live 3 Movézom Motherboard (The offering) avec Bruce Sherfield
Live 4 Fanfaraï Zine Akahll Aïn (chant Bouabdellah Khelifi)

Cd Movézom pl.9 Abiodun’s Favorite Thing avec Abiodun Oyewole de The Last Poets

Cadeau de fin d’émission Live 5 commun A Love Suprem (John Coltrane)
Live commun avec François Malandrin, batterie, Didier Combrouze, basse, Bouabdellah Khelifi, violon, Bruce Sherfield, poésie scandée et Patrick Touvet, trompette.

 

Bruce Sherfield à RFI. © RFI/Laurence Aloir

 

Musiciens
Movézom Cd Revisiting the Trane
François Malandrin
aka Movézom, batterie, machines
Bruce Sherfield, poésie scandée
Youri Bessière et Julien Gabin, violons

Fanfaraï Big Band Cd Raï is not dead
Samir Inal
, percussions, chœur
Patrick Touvet et Guillaume Rouillard, trompettes
Abdelkader Tab, percussions, crotales, chant
Bouabdellah Khelifi, violon, chant
Olivier Combrouze, sax ténor et baryton
Didier Combrouze, basse
Emmanuel Le Houezec, sax alto, flûte
Antoine Giraud, trombone et dessinateur
Maximiliel Hell-Forget, claviers
Hervé Le Bouche, batterie.