Magic System connaît la formule

Le groupe Magic System. © Fifou

Quelques mois avant de se lancer dans une grande tournée africaine pour célébrer leurs vingt ans de carrière, avec au programme une quinzaine d’étapes dans autant de pays, les quatre Ivoiriens de Magic System tentent de remporter une nouvelle fois la mise avec leur dixième album, Ya Foye, taillé pour le succès.

Grâce au nombre considérable de chansons qu’il a placé dans le top 5 des ventes en France depuis Premier gaou, le quatuor d’Anoumabo y est devenu un des ambassadeurs musicaux les plus populaires de son continent. La collection de Disques d’or a de très grandes chances d’augmenter avec Ya Foye. Et même encore plus que cela n’a jamais été le cas, tant ce nouvel album semble être un modèle du genre.

Sur les 12 titres, les trois quarts (au moins !) sont idéalement calibrés pour les radios, que ce soit sur le plan musical, ou même du minutage. Avec cette signature qui fait l’identité de la bande d’A’salfo : une articulation spécifique entre le chant lead et les chœurs, une façon d’écrire dans un français légèrement "ivoirisé", exotique, avec son lot d’expressions idiomatiques et formules typiques, telles que "ce n’est pas parce que le tigre a maigri qu’il deviendra chat" (On va t’enjailler)…

À la recherche d’une efficacité maximale, le groupe a fait appel à ce qui se fait de plus réputé aujourd’hui dans les studios en termes de beatmakers-programmateurs. Le casting laisse sans voix, quand on y regarde de plus près. Il y a d’abord le jeune Français Renaud Rebillaud, artisan entre autres de Bella, J’me tire, Zombie de Maître Gims, présent ici sur Ma Chance, Lève-toi et On va t’enjailler.

Également sollicité, le Français d’origine congolaise Dany Synthé – qui vient de rejoindre le jury de l’émission télévisée Nouvelle Star – a apporté sa touche reconnaissable : celui à qui l’on doit le retour de la guitare congolaise dans la musique urbaine actuelle (Black M, Zaho…) est intervenu sur C’est pas gaté et Zokuba. Il y aussi Skalpovich, déjà aux côtés des magiciens pour un Gaou à Oran en 2004 et Chérie Coco en 2011, et à qui l’on doit Sur ma route de Black M. Les rois du zouglou ont enfin compté sur leur compatriote Olivier Blé, partenaire régulièrement sollicité et homme de l’ombre de la musique ivoirienne depuis près de trois décennies.

Si Magic System utilise l’artillerie lourde pour pilonner les lignes adverses dans le camp de la morosité, son propos reste caractérisé par cette volonté d’éveiller les consciences. Les esprits chagrins trouveront que tout cela est très consensuel et bien-pensant ("vivons ensemble dans l’amour et la paix, car la liberté n’a jamais eu de prix. Demain c'est loin, tendons-nous la main pour un monde meilleur, car on en a tous besoin" dans Ya Foye).

Mais les quatre chanteurs, issus d’un pays qui a connu une décennie troublée et d’un continent en proie à de terribles maux récurrents, ne se projettent pas uniquement comme des artistes. Croire à la force de conviction de la parole ne les empêche pas d’être de ceux qui posent des actes.

Magic System Ya Foye (Parlophone) 2017

Site officiel de Magic System
Page Facebook de Magic System