Noubi Trio aux Nuits d’Afrique de Montréal 2018

Noubi sort son premier disque créé au Québec: "Couleur terre". © Danny Lalonde

Arrivé à Montréal depuis à peine 2 ans, l’artiste d’origine sénégalaise Ibnou Diaye (alias Noubi) s’apprête à organiser une grande fête musicale pour lancer son nouvel album, dans le cadre des 32es Nuits d’Afrique, présentées du 10 au 22 juillet.

Ce n’est pas un hasard si Noubi a choisi le Festival Nuits d’Afrique pour le lancement de Couleur terre, son premier disque créé au Québec : c’est la société de production associée à cet événement qui lui a donné la chance de monter sur scène à Montréal pour la première fois, quelques mois après son arrivée.

"C’était au Balattou, le 29 janvier 2017, en plein hiver !", s’exclame le guitariste et chanteur, en faisant référence à une salle du boulevard Saint-Laurent qui est un lieu culte pour les concerts de musiques du monde à Montréal. "Je jouais pour la première fois avec les excellents musiciens que je venais de rencontrer [ndlr : Vincent Duhaime Perreault (guitare) et Carlo Birri (basse)], et j’y ai aussi rencontré un public curieux, généreux, qui a soif de diversité. J’ai envie de lui donner beaucoup."

Depuis, la pop-reggae-funk-jazz de Noubi en formule trio a multiplié les mentions et prix coups de cœur de festivals, dont le prestigieux Syli de Bronze. L’artiste a récemment présenté un grand concert sur une scène extérieure du célèbre Festival international de jazz de Montréal, et il est ravi d’être de la partie aux Nuits d’Afrique.

De Saint-Louis à Montréal, en passant par Toulouse

C’est à Saint-Louis (Sénégal), sa ville natale, que Noubi a présenté le premier spectacle officiel de sa carrière, au Festival de jazz, avec son groupe Ndiol’Or Folk. Il a ensuite immigré à Toulouse, où il a tissé des liens essentiels. "Mes amis de Toulouse m’ont beaucoup aidé dans mon cheminement artistique. C’est grâce à toutes les rencontres marquantes que j’ai faites là-bas que Noubi est né", estime le musicien.

En France, Noubi a participé à plusieurs projets artistiques (Kaland-Ô, Diet Y ba), dont le point commun était d’avoir un "style sans style", comme il aime le dire à la blague. "J’ai toujours aimé mélanger les styles, transcender ces limites-là pour avoir le plus de liberté quand on compose. Et c’est aussi l’idée derrière Noubi Trio aujourd’hui", explique-t-il, en parlant d’afro-fusion, d’afro-funk ou d’"afro-coustik", l’attribut qu’il emploie pour désigner son aventure musicale actuelle.

À la découverte du cajón

Alors qu’il résidait à Toulouse, le musicien a imaginé une prestation en formule réduite, afin d’avoir l’occasion de monter plus souvent sur les planches, dans des contextes plus intimes. Noubi a alors temporairement mis de côté sa guitare pour se familiariser avec le cajón, un instrument de percussion péruvien. "J’avais besoin de réduire ma formation, puiser dans mes racines, offrir quelque chose d’acoustique et avoir un contact avec le bois, la nature. La cajón était parfait", explique-t-il.

Il dit s’être enfermé pendant des mois dans son appartement pour apprendre ce nouvel instrument, explorer la relation entre la rythmique et la voix, et adapter ses morceaux déjà composés à la guitare. Puis il a découvert l’importance de l’histoire du cajón : "Après avoir travaillé dans les champs, les esclaves africains utilisaient les caisses dans lesquelles ils mettaient les fruits et légumes comme percussions, pour se défouler, chanter… C’est lié un peu à mon histoire, en tant qu’Africain", déclare Noubi.

Un premier album complet créé au Québec

Désormais guitariste, percussionniste et chanteur, Noubi poursuit sa destinée musicale à Montréal. Il est heureux de présenter bientôt son nouvel album, Couleur terre, dont le lancement aura lieu le 14 juillet prochain. En plus de faire appel à plusieurs artistes invités, l’opus acoustique maintient l’ouverture stylistique qui a fait sa marque, et intègre des chansons en wolof, français et anglais qui sont porteuses d’un message social, par exemple sur l’immigration clandestine et les droits de la personne.

"La musique détient un pouvoir de rassemblement rare. En tant que musicien et chanteur, j’ai envie d’être la voix des sans voix, de représenter les gens qui ne peuvent pas être entendus, confie Noubi. Je désire l’évolution et la paix dans le monde, et c’est essentiel pour moi de parler des problématiques qui touchent la jeunesse africaine. Je veux qu’on échange et qu’on partage, pour vaincre l’incompréhension."

Lancement de Couleur terre le 14 juillet 2018 au Ministère (Montréal)

Site officiel de Noubi Trio
Festival international Nuits d’Afrique de Montréal
Page Facebook des Nuits d'Afrique