Le retour de l'accordéon

La voici donc la grande affaire de la décennie... Elle a un aspect nacré et un air de soufflet mal embouché. Elle... s'appelle Accordéon. Le plus ingrat des instruments de la création, dénigré pendant des générations par le rock. Connoté par les chanteurs. Carrément snobé par le jazz.

La voici donc la grande affaire de la décennie... Elle a un aspect nacré et un air de soufflet mal embouché. Elle... s'appelle Accordéon. Le plus ingrat des instruments de la création, dénigré pendant des générations par le rock. Connoté par les chanteurs. Carrément snobé par le jazz.

Et pourtant depuis quelques années les meilleurs vendeurs de disques à l'étranger s'appellent Négresses Vertes, Mano Negra et Rita Mitsouko où chacun y est allé de son petit air de chromatique.
Et pourtant Jacques Higelin en a remis une couche dans son nouvel album avec "L'Accordéon Désaccordé".
Et pourtant le chanteur de Pigalle et des Garçons Bouchers, François Hadji-Lazaro a saisi l'instrument et l'a chevauché, bataillant pour en faire l'instrument phare de son label Boucherie Production (Paris Combo, Les Elles, Les Belles Lurettes...).
Et pourtant, on retrouve le disgracieux instrument entre les doigts magiques de Richard Galliano, l'un des meilleurs vendeurs de disques en catégorie jazz...
Bref, le vilain petit canard de la musique bénéficie d'un retour en grâce depuis que Blanchard a fait "un tour avec son amour dans la grotte de Rocamadour". Et c'est sans doute pour cela que le Festival de Marne - sorte de pendant automnal des Francofolies de la Rochelle - a décidé d'en faire une thématique pour sa douzième édition.