Solidays

En ce mois de juillet où toute la France migre allègrement dans une insouciance toute estivale, revenons sur la lutte contre le sida qui lui, ne prend pas de vacances. Pour la seconde année consécutive, l'association Solidarité Sida a choisi le très efficace biais de la musique pour récolter des fonds et poursuivre efficacement sa bataille de chaque jour contre la maladie. Après le premier festival Solidays en juillet 99 (80.000 spectateurs/500.000F de recette), l'association a remis ça les 8 et 9 juillet derniers, soutenue par de nombreux partenaires dont Radio France Internationale. Mais cette année, pour augmenter ses gains, elle a également décidé de sortir un CD, Solidays (BMG), dont les ventes combleront sans doute largement le déficit engendré par l'annulation de la journée du 9 juillet pour cause de pluie battante.

La musique au secours de la guerre contre le sida

En ce mois de juillet où toute la France migre allègrement dans une insouciance toute estivale, revenons sur la lutte contre le sida qui lui, ne prend pas de vacances. Pour la seconde année consécutive, l'association Solidarité Sida a choisi le très efficace biais de la musique pour récolter des fonds et poursuivre efficacement sa bataille de chaque jour contre la maladie. Après le premier festival Solidays en juillet 99 (80.000 spectateurs/500.000F de recette), l'association a remis ça les 8 et 9 juillet derniers, soutenue par de nombreux partenaires dont Radio France Internationale. Mais cette année, pour augmenter ses gains, elle a également décidé de sortir un CD, Solidays (BMG), dont les ventes combleront sans doute largement le déficit engendré par l'annulation de la journée du 9 juillet pour cause de pluie battante.

Depuis 1992, les 2.000 volontaires de Solidarité Sida se battent pour aider les victimes de la maladie et informer ceux qui ne doivent pas le devenir. Avec à sa tête Luc Barruet, l'association a comme président d'honneur Antoine de Caunes, artiste polyvalent qui s'est illustré longtemps en tant qu'animateur télé puis plus récemment comme écrivain et acteur de talent. Sa présence énergique et celle de nombreux artistes au sein de la structure même de l'association (Muriel Robin, MC Solaar) n'est en rien un détail mondain. Bien au contraire, la célébrité de ces membres est consciemment utilisée à des fins utiles puisque inévitablement, elle draine l'intérêt des médias d'une part et d'autre part, celle des jeunes, première cible de la lutte contre le sida.

Rien de tel donc que quelques stars pour recueillir le premier moteur de la lutte : l'argent. C'est ainsi que depuis 1994, tous les ans, l'association organise des événements médiatiques. Citons en exemple les enchères d'objets appartenant à des personnalités en 94 (chapeau de Mitterrand, bikini de Cindy Crawford...), le T-shirt reproduisant les signatures de stars du foot en 95 (Cantona, Biaggio, Zidane) ou encore un spectacle réunissant les plus fameux humoristes français (aussi en 95). Et ça marche ! A chaque fois, l'affluence des participants se transforme en sous, et donc en soutien et en soins pour les malades.

En 1999, Solidarité Sida fait appel aux musiciens, chanteurs et autres rock stars et montent un très gros festival qui, sur deux journées bien pleines, réunissent 200 artistes dans 40 concerts répartis sur 3 scènes. De Iggy Pop à Matmatah, toutes les musiques sont représentées. Chacun pouvait donc s'y retrouver et pour un prix très léger (120F la journée), 80.000 personnes ont ainsi pu profiter des concerts tout en s'informant dans les stands des multiples associations invitées sur le site. Soutenir un combat en faisant la fête.

Tout naturellement, l'initiative fut réitérée cette année avec un projet similaire. Mais le temps trahit la cause et la seconde journée du festival, le dimanche 9 juillet, dut être annulée. Dommage puisque ce jour-là, devait avoir lieu un grand concert africain, point de sensibilisation au drame que le sida provoque en Afrique (2 millions d'Africains sont morts du sida en 1998, source ONUSIDA, déc.99). Mais, élément de consolation, l'association a eu la bonne idée de sortir un CD parallèlement à la manifestation. Une trentaine d'artistes français et internationaux ont offert leur voix au profit de l'association et en particulier de l'Afrique, où Solidarité Sida tient à développer son action. Sorti le 20 juin, le CD Solidays devrait rapporter environ 7 millions de francs.

La promotion de l'album se fait autour du single Qui sait ?, écrit par Erick Benzi. Ce producteur artistique s'est illustré en réalisant des albums ou en écrivant pour des artistes comme Jean-Jacques Goldman, Anggun ou Florent Pagny. Un peu sur le même principe que pour le titre Ensemble du collectif Ensemble contre le sida en 98, une brochette d'artistes a enregistré bénévolement ce titre dans autant de langues que le permettaient leurs origines diverses : le français pour Bruel ou Lââm, l'anglais pour Peter Gabriel, l'italien pour Zucchero, l'arabe pour Faudel, l'indonésien pour Anggun, le wolof pour Youssou N'Dour ou encore, l'hébreu pour Nourith. Belle initiative et façon efficace de porter la bonne parole sur tous les terrains en luttant par la même occasion contre le racisme et l'exclusion, autres maux dont souffrent de nombreux malades du sida.

Outre Qui sait ?, ce sont treize autres titres qui composent cet album, tous interprétés par des duos ou des trios. Seul Dany Brillant fait une version solo du Poinçonneur des Lilas ainsi que le groupe Matmatah qui a offert une version live de Twist and Shout. Sinon, citons la jolie chanson inédite des Chédid père et fils à juste titre nommée Tel père, tel fils ou le I don't know de Noa qu'elle interprète avec Florent Pagny. Plusieurs reprises sur ce disque, certaines réussies (Proud Mary par Michael Jones, Jean-Jacques Goldman et Gérald de Palmas ou Sympathy for the devil par Bertignac et Paul Personne), d'autres moyennes (Amsterdam par Ute Lemper et I Muvrini), certaines franchement ratées comme Les rues de Philadephie, Jean-Louis Aubert et Patrick Bruel ayant du mal à faire oublier Springsteen... Mais finalement, peu importe. L'affiche est assez riche pour plaire à tous et être un succès commercial, but ultime de l'opération. N'hésitez pas !