Noir Désir aujourd'hui

Même absent de l’actualité musicale, Noir Désir continue à faire parler de lui. Les disques se vendent, le guitariste Serge Teyssot-Gay explore de nouvelles contrées musicales et la relève pointe le bout de son nez. On ne peut pas savoir si le groupe connaîtra un jour une seconde carrière mais, ce qui est sûr, c’est qu’il a d’ores et déjà réussi à se faire une place dans l’histoire du rock français.

Le groupe de rock entre dans l'histoire de la musique française

Même absent de l’actualité musicale, Noir Désir continue à faire parler de lui. Les disques se vendent, le guitariste Serge Teyssot-Gay explore de nouvelles contrées musicales et la relève pointe le bout de son nez. On ne peut pas savoir si le groupe connaîtra un jour une seconde carrière mais, ce qui est sûr, c’est qu’il a d’ores et déjà réussi à se faire une place dans l’histoire du rock français.

Alors que vous êtes tranquillement au volant de votre voiture en train d’écouter votre radio préférée, vous éprouvez tout d’un coup le besoin de vous pincer pour vérifier que vous ne rêvez pas. Comment ça ? Un morceau inédit de Noir Désir ? Et bien pas du tout. Il s’agit de La Sentinelle, extrait du dernier album de Luke. Et oui, mêmes guitares fiévreuses, même voix écorchée, mêmes textes engagés… ce n’est pas du Noir Désir, mais c’est tout comme. Depuis que les Bordelais n’occupent plus le devant de la scène, quelques formations sont bien décidées à prendre la relève. Et toutes reconnaissent que la bande à Cantat est leur source d’inspiration principale. Eiffel revendique pleinement cet héritage, au point de reprendre Les Ecorchés sur son disque live Les yeux fermés. Parmi les petits nouveaux, Deportivo ne démérite en rien avec Parmi eux, douze titres incandescents qui ne dépassent pas 2 minutes 30, efficaces en diable. Seule fausse note parmi les "héritiers", Damien Saez, qui verse plus dans la pâle imitation que dans la création artistique.

La création, le guitariste Serge Teyssot-Gay a décidé de ne pas l’abandonner. Si les autres musiciens de Noir Désir n’ont pas d’actualité particulière, lui ne chôme pas. Interzone, un album enregistré avec le joueur de oud syrien Khaled Geramani, doit sortir en janvier. La confrontation entre le oud et les riffs des guitares électriques accouche d’une musique tendue et mélodique, ni tout à fait rock, ni tout à fait world. Son talent, le guitariste l’a également mis au service de Paris nous nourrit, Paris nous affame, l’un des titres du dernier opus du groupe rap La Rumeur. Un bon moyen pour Sergio de recoller à la contestation sociale française dont Noir Désir était le fer de lance. La mise en musique des textes de Georges Hyvernaud, écrivain qui évoque les horreurs des camps de concentration (sur l’album On croit qu’on en est sorti), reste dans le même registre contestataire.

Avec ses camarades, Serge Teyssot-Gay ne devrait pas tarder à s’atteler à un autre travail d’importance: le mixage de ce qui pourrait être le dernier album live de Noir Désir. Depuis Dies Irae en 1994, les Bordelais n’ont plus laissé de trace discographique de leurs concerts d’exception. Ils pourraient en 2005 sortir le CD et le DVD d’un concert donné à Evry en décembre 2002, à l’occasion dela tournée Des Visages des figures. Un live en guise de best-of d’une discographie inachevée, un testamen ...

Ceux qui souffrent d’une grave carence de Noir Désir peuvent se rabattre sur la très complète biographie de Sébastien Raizier, Noir Désir, tout est là (éditions du Camion Blanc). D’une écriture très narrative, l’auteur retrace album après album la foisonnante carrière du groupe. De nombreux extraits d’interviews données à différents journaux émaillent le récit. De Où veux-tu qu’je r’garde à Des Visages, des figures, on pénètre entièrement dans l’intimité artistique du groupe, dans son processus de création permanente, dans son refus des compromis et dans son engagement. Le livre se clôt sur l’évocation de Nous n’avons fait que fuir, surprenant poème musical de 55 minutes.

En effet, Noir Désir a donné, en juillet 2002, un concert unique dans le cloître du couvent des Ursulines. Le groupe répondait à une invitation de la radio française France Culture dans le cadre du festival Montpellier Radio-France. Accompagné d’un CD, le texte de ce morceau long format est paru aux éditions Verticales. Il s’agit de la dernière véritable création des Noir Dez’. Mais quel coup de maître! Pendant presque une heure, Bertrand Cantat psalmodie, récite, vocalise, hurle, gémit… Derrière lui, les musiciens créent des nappes sonores, tentent des saillies électriques. Les instants de calme alternent avec les plus vives colères. Du grand art, ce vers quoi aurait sans doute tendu Noir Désir sans le drame de Vilnius.

Aujourd’hui, la Lituanie semble loin, l’agitation médiatique est retombée. Cantat purge sa peine à la prison de Muret en Haute-Garonne, les morceaux du groupe ont réintégré les playlists des radios, les albums se vendent normalement et, sur les sites internet, les fans tentent de dénicher quelques inédits. Tout cela en attendant la suite, un jour, peut-être ... .