Femmouzes T

C'est le retour du fameux duo toulousain, les Femmouzes T, connu pour avoir commencé le métier sur les marchés avec un accordéon et un tambourin. Mais en douze ans et trois beaux albums, Françoise Chapuis et Rita Macedo ont créé un univers où la poésie, l'humour, l'engagement, l'émotion et la fête sont authentiques et toujours au rendez-vous. Avec Tripopular, elles se sont aussi ouvertes à de nouvelles influences,  de nouveaux auteurs, de nouveaux engagements et même une nouvelle forme. Petit tour d'horizon de ce renouvellement par l'ouverture.

Tripopular

C'est le retour du fameux duo toulousain, les Femmouzes T, connu pour avoir commencé le métier sur les marchés avec un accordéon et un tambourin. Mais en douze ans et trois beaux albums, Françoise Chapuis et Rita Macedo ont créé un univers où la poésie, l'humour, l'engagement, l'émotion et la fête sont authentiques et toujours au rendez-vous. Avec Tripopular, elles se sont aussi ouvertes à de nouvelles influences,  de nouveaux auteurs, de nouveaux engagements et même une nouvelle forme. Petit tour d'horizon de ce renouvellement par l'ouverture.

 
 

Pour Rita, les nouvelles influences viennent surtout de son Brésil natal, notamment de la chanteuse et danseuse Renata Rosa, mais aussi des nouveaux auteurs-compositeurs. Et puis elle a approfondi sa culture "chanson française" puisque Françoise, après une quinzaine d'années d'immersion dans la culture brésilienne, a souhaité s'en rapprocher : "J'ai eu envie de revenir à ce que l'on écoutait chez moi, de la chanson française, du jazz, Mahalia Jackson, Jacques Loussié... J'écoute la nouvelle génération aussi, j'aime bien cet univers d'hommes-enfants qui chantent des petites mélodies très simples. J'ai peu d'influences anglo-saxonnes, à part Tina Turner qui est pour moi l'une des plus grandes chanteuses au monde, un sacré exemple d'artiste, de carrière, d'humain."

Manifestifs

Si les concerts des Femmouzes T sont toujours très festifs, l'engagement y est de plus en plus présent, elles parlent d'ailleurs de concerts "manifestifs". La famille toulousaine d'artistes engagés est toujours dans les parages : Claude Sicre bien sûr, des Fabulous Troubadours, leur a écrit une belle chanson sur la parité et Magyd Cherfi, un titre très émouvant, La femme du Soldat Inconnu. Deux textes qui ne sont pas arrivés par hasard : "On voulait demander à des hommes d'écrire des textes sur la cause des femmes, en leur laissant carte blanche." La parité, elles s'amusent de l'appliquer dans leur groupe, avec l'arrivée de deux musiciens qui les accompagnent sur  scène : Serge Faubert, le réalisateur du disque qui est aussi guitariste et le percussionniste Eraldo Gomez.

La famille, ce sont aussi les amies et la chorale féminine des Motivés, invitées à la fin de la chanson sur la parité et gentiment baptisées "le Choeur des morues" parce qu'ici, on est prié de ne pas se prendre trop au sérieux. Et puis il y a les nouveaux groupes qui s'installent dans leur lignée et qu'elles regardent d'un oeil bienveillant, comme en témoigne Rita : "Les Bombes 2 Bal, j'ai beaucoup joué avec elles à leurs débuts. C'est un groupe lancé par Claude Sicre, comme nous, pour diffuser cette musique en France, car on ne connaît souvent que la samba et la bossa nova. Or il y a plus de 72 rythmes au Brésil ! J'aime beaucoup le travail que fait Claude Sicre depuis vingt ans, afin de montrer cet autre Brésil, le Nord, le Nordeste, influencé par l'Europe, les invasions françaises, hollandaise, les anglais aussi sont venus..." On en profite pour saisir au vol l'origine du mot "forro", ce style musical qu'elles affectionnent : "Ce nom vient de l'époque de la construction de la voie ferrée au Brésil, car beaucoup d'entreprises anglaises sont venues s'installer et les Anglais faisaient de nombreux bals populaires, où plusieurs styles étaient joués. Les Anglais disaient : Il va y avoir un "for all" ("pour tous")", alors les paysans brésiliens qui ne parlaient pas bien anglais disaient un "forro", et c'est devenu le nom d'un genre qui rassemble plusieurs styles rythmiques."

Engagées

 
  
 

Sur Tripopular, les engagements sont exprimés sur plusieurs tons. Franc avec l'Estaque : "Luis Llach l'avait écrite sous Franco, elle symbolise le pouvoir en place comme un espèce de gros pilier et le refrain dit que si chacun le secoue un petit peu, il finira par s'effondrer, c'est symbolique d'une époque et d'un engagement politique très fort" explique Françoise. Un ton humoristique est adopté pour les deux titres sur le tabac : T'es dans ma tête et dans ma peau, une chanson d'amour qui se termine par une rupture et Fumeurs-non-fumeurs, sur la violence des rapports entre les deux clans.

Enfin dans Chui normale, les Femmouzes T revendiquent le droit de penser à contre-courant, un thème porté par Françoise : "On évolue dans un milieu plutôt gaucho et je suis irritée par le côté surfait, un peu "tout fabriqué" qui veut que quand on vote à gauche, cela implique de penser ça sur tel sujet. Et les clichés dans  la lignée : si on est instruit, intelligent, on ne lit jamais Gala. Moi je lis Gala et ça ne m'empêche pas de lire aussi des trucs intellos ! Même pour s'habiller, tel vêtement est lié à telle idée. Quelques fois quand on "n'est" pas, on a envie de paraître quelque chose, et moi j'ai plutôt envie d'apprendre à devenir quelqu'un que de faire croire à des choses que je ne suis pas vraiment. C'est plus la nature même des choses qui nous intéresse avec Rita." Vous l'aurez compris, les Femmouzes T, c'est pas du toc !

Femmouzes T Tripopular (Shaoline Music/ Mosaïc Music) 2005