Kolo Barst

Kolo Barst, en tête des ventes en Martinique avec son titre Février 74, réveille les consciences outre-mer, en hommage aux ouvriers agricoles tués pour avoir manifesté. Aujourd’hui en lice pour représenter la France à l’Eurovision 2006, Kolo Barst est le plus atypique des 21 candidats en compétition. Rencontre.

Selection française

Kolo Barst, en tête des ventes en Martinique avec son titre Février 74, réveille les consciences outre-mer, en hommage aux ouvriers agricoles tués pour avoir manifesté. Aujourd’hui en lice pour représenter la France à l’Eurovision 2006, Kolo Barst est le plus atypique des 21 candidats en compétition. Rencontre.

C’est dans les studios de la Plaine St-Denis, au nord de Paris, là où se prépare le prime time du 14 mars, soirée de sélection française du grand concours de l'Eurovision, présentée par Michel Drucker (France Télévision) et Claudy Siar (RFI – Couleurs Tropicales) que nous rencontrons Kolo Barst. Il répète plusieurs medley, ainsi que le titre pour lequel il a été sélectionné. Cette fameuse chanson qui a propulsé Jean-Claude Barst, infirmier psychiatrique de 48 ans, une femme et deux enfants, sur le devant de la scène.  

Février 74, Kolo l’a écrite il y a trente ans ! Kolo est alors un élève comme les autres, mais quand en février les manifestations éclatent, les écoles ferment. Il se souvient de l’agitation, de l’excitation… Avec ses copains, ils se disent que c’est la révolution ! Il rentre alors à la maison à Basse-Pointe, épicentre du mouvement. Mais bientôt les forces de l’ordre vont reprendre en main la situation. Comme tous ses copains, Kolo Barst accoure quand il apprend qu’un jeune de 19 ans vient d’être retrouvé mort sur la plage. Bilan de la répression : trois morts et de nombreux blessés, pour avoir revendiqué l’application du SMIC horaire.

Choqué, Kolo écrit immédiatement le morceau et pense aujourd’hui que l’écriture l’a sauvé de la schizophrénie. "Ce jeune, c’est quelqu’un de ma commune, ça me marque. C’est un événement qui marque profondément l’histoire de l’émancipation de la Martinique." En 74, la Martinique n’est affranchie de son statut d’ancienne colonie que depuis 18 ans. Avec quelques amis, Kolo Barst organise une petite commémoration chaque année à Basse-Pointe, mais l’affaire est largement occultée. Il faut attendre trente ans pour que la chanson de Kolo Barst rafraîchisse la mémoire collective. "On a encore des survivants, des blessés de 74 qui nous disent : attention, il y a eu des morts en 74, on s’est battu pour vous, il ne faut pas oublier, il ne faut plus jamais ça."

Message d’espoir que celui de Kolo Barst. "C’est celui de Césaire, de Confiant, la non-violence de Gandhi ou le combat de Mandela. Mais la référence fondamentale pour moi, c’est dieu, c’est l’amour." Et s’il gagnait l’Eurovision ? "Oui, j’accepterais l’eurovision comme j’accepte de me lever le matin et de prier."

Kolo Barst Lot Bô So (JV Productions) 2006