Dobet Gnahoré

Na Afriki, le second album de Dobet Gnahoré, propose un voyage majestueux dans les rythmes et la musicalité des langues d’Afrique... Dobet y explore aussi son propre talent et s’amuse à étendre à l’infini les potentialités de sa voix.

Na Afriki

Na Afriki, le second album de Dobet Gnahoré, propose un voyage majestueux dans les rythmes et la musicalité des langues d’Afrique... Dobet y explore aussi son propre talent et s’amuse à étendre à l’infini les potentialités de sa voix.

Dobet Gnahoré, autant le dire d’emblée, est une voix, une couleur qui compte dans le paysage des musiques d’Afrique. Fille de Boni Gnahoré, elle a grandi "au village", en Côte d’Ivoire, avant de débarquer chez l’auteur camerounaise Werewere Liking, fondatrice du Centre panafricain de formation aux métiers des arts et du spectacle, le Ki Yi Mbock. Dans cette école située à côté de la cité U du quartier de la Riviera 2 d’Abidjan, on apprend le théâtre, la danse, la musique.

Dobet y entre à douze ans et travaille sa voix, apprend à danser, découvre la richesse culturelle de toutes les Afrique qu’elle côtoie du matin jusqu’au petit-soir.

Après Ano Neko, un premier album remarqué en 2004, déjà marqué par le panafricanisme et le timbre de voix si particulier de Dobet, Na Afriki persiste et signe. Sur cet album, Dobet y confirme son talent, l’éventail de tessitures de sa voix, une volonté primordiale d’inscrire sa musique dans une Afrique plurielle. On y entend des rythmes et des instruments des quatre coins du continent, mais aussi des textes écrits initialement en français, puis traduits et interprétés en plus de sept langues : wolof sénégalais, arabe, lingala de Kinshasa, fon béninois, français et malinké (parlé dans une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest)... Autant d'idiomes choisis pour leur musicalité.

Une façon pour Dobet de "courir derrière sa tradition", elle qui ne parle aisément aucune de ces langues d’Afrique – elle a perdu son dida (une des langues ivoiriennes) en arrivant à Abidjan, pour maîtriser le français... La formation de Dobet reflète également ce panafricanisme, puisqu’une Sud-africaine, un Français, un Tunisien et deux Ivoiriens partagent la scène avec elle, pour un tour d’Afrique majestueux.

Dobet Gnahoré Na Afriki (Contre-jour) 2007En concert le 26 janvier au Divan du Monde, à Paris et bientôt en Afrique (dates non confirmées)

  Dobet Gnahoré sera l'invitée de Couleurs Tropicales le 1er février + d'info