Magyd Cherfi

Qu’il en aura fallu du temps à Magyd Cherfi pour digérer le succès de Tomber la chemise. Un quatrième album crépusculaire avec Zebda, un premier effort solo, La Cité des étoiles, encore plus sombre. Sept ans en tout. Avant de revenir avec Pas en vivant avec son chien, disque solaire où le Toulousain s’autorise enfin un ton plus léger. Sans jamais rien lâcher sur le fond.

  Magyd Cherfi sera l'invité de l'émission La Bande Passante le 17 avril 2007 à La Bellevilloise à Paris : + d'info

Pas en vivant avec son chien

Qu’il en aura fallu du temps à Magyd Cherfi pour digérer le succès de Tomber la chemise. Un quatrième album crépusculaire avec Zebda, un premier effort solo, La Cité des étoiles, encore plus sombre. Sept ans en tout. Avant de revenir avec Pas en vivant avec son chien, disque solaire où le Toulousain s’autorise enfin un ton plus léger. Sans jamais rien lâcher sur le fond.

  Magyd Cherfi sera l'invité de l'émission La Bande Passante le 17 avril 2007 à La Bellevilloise à Paris : + d'info

Sur son blog personnel*, le dessinateur Manu Larcenet explique comment il a progressivement conçu la pochette de Pas en vivant avec son chien. L’auditeur fera certainement le même voyage. Partir d’une image très spartiate de Magyd Cherfi, pour se rendre compte que ce nouvel album sonne comme une chaleureuse accolade. Peut-être inspiré part ses relectures de Georges Brassens, le leader de (feu ?) Zebda manie maintenant l’amertume avec plus de retenue. Comme s’il parsemait de soleils sa rude vision de la société française. Sans plus risquer l’épithète réductrice de "festif".

A côté du très frontal La Tronche du patrimoine, Magyd Cherfi s’autorise des échappées pleines de tendre dérision (Ma femme et mes enfants d’abord, La Tête du Che, …) où il pointe, sans aigreur, les incohérences entre actions et discours. Le Toulousain se fait même humoriste lors de l’irrésistible Scène de ménage. Preuve qu’il peut très bien dépasser le dilemme qu’il se pose lui-même:  Bénabar ou Delerm.

Artiste à part dans la chanson française, l’auteur s’offre le luxe d’un album où la musique squatte le premier rôle. Bossa, java, reggae, musique slave, berbère, les références se télescopent à grande vitesse. Un métissage musical réussi qui habille à merveille, la voix doucereuse de Magid Cherfy. Sans refrain mâché et rimes faciles, le Toulousain propose d’insidieuses mélodies qui se révèlent un peu plus à chaque écoute. Peut-être tiquerez-vous sur son chant parfois haché ou sur son écriture si imagée qu’elle en devient opaque, mais ce serait abandonner bien trop vite en route. Pas en vivant avec son chien se mérite. Et c’est tant mieux.

*http://tempsperdu.over-blog.org/article-5673868.html
Magyd Cherfi Pas en vivant avec son chien (Barclays) 2007

  Magyd Cherfi sera l'invité de l'émission La Bande Passante le 17 avril 2007 à La Bellevilloise à Paris : + d'info