The Do

Signe des temps, The Do s’est fait connaître avec une musique de pub télé. Depuis On my shoulder, titre bigarré et entraînant, le duo a fait 14 petits, réunis dans A mouthful, premier album du groupe franco-finnois. Une pop un brin allumée nourrie de rap, d’électro et de musique de film.

A Mouthful

Signe des temps, The Do s’est fait connaître avec une musique de pub télé. Depuis On my shoulder, titre bigarré et entraînant, le duo a fait 14 petits, réunis dans A mouthful, premier album du groupe franco-finnois. Une pop un brin allumée nourrie de rap, d’électro et de musique de film.

Les influences affleurent dès la première écoute, les Cardigans sur Stay (just a little bit more), Blonde Redhead pour le chant flirtant allégrement avec les aigus ou encore la face enfantine de Cocorosie. Mais la filiation la plus directe est à chercher du côté de Björk. On retrouve chez The Do cette même originalité fantasque, cette envie d’éclater les genres pour créer le sien propre. Les deux musiciens ne copient pas, ils s’inspirent des aînés pour tracer leur voie, avec une bonne dose de folie.

Dan Levy, multi-instrumentiste et Olivia B Merilahtin, chanteuse finlandaise, se sont rencontrés pour composer la musique d’un long métrage. C’était il y a deux ans. Depuis, ils ne se quittent plus. Ils ont réalisé la bande originale de deux autres films (The Passenger de François Rotger et Camping sauvage de Christophe Ali) et composé pour des troupes de danse contemporaine.

Avec une fraîcheur revigorante, ils ne s’interdisent rien sur ce premier album, une intro sur fond de flûte et de percussion (Playground Hustle), une ballade rupestre en finnois (Unissasi Laulelet) ou un hymne pop rock pour lever le poing en l’air (Aha). Ne vous laissez pas abuser par la voix ensommeillée et le riff fatigué d’At last, le duo sait aussi faire parler la poudre comme sur le très hip hop Queen dot kong.

Si A mouthful souffre de quelques baisses de rythme, il reste hautement recommandable. Dan Levy s’amuse à truffer chaque titre de maints instruments improbables. Un grain de folie que les spectateurs des dernières Transmusicales de Rennes ont découvert avec surprise. Une prestation bluffante pour un groupe qui n’avait fait jusqu’alors, qu’une trentaine de concerts.  Ne vous privez pas d’un petit bonheur en ce début d’année, écoutez The Do.

The Do A Mouthful (Wagram) 2008