La renaissance des Trois Baudets

Après des années de fermeture, de travaux et d’impatience, le légendaire cabaret de Jacques Canetti, les Trois Baudets, au pied de la Butte Montmartre, rouvre ses deux-cent cinquante places au public.

Une salle parisienne

Après des années de fermeture, de travaux et d’impatience, le légendaire cabaret de Jacques Canetti, les Trois Baudets, au pied de la Butte Montmartre, rouvre ses deux-cent cinquante places au public.

Peut-on faire renaître un mythe ? La Mairie de Paris s’en donne les moyens en rouvrant les Trois Baudets, mythique cabaret de la chanson et de l’humour ouvert par le légendaire Jacques Canetti en 1947. Inauguration officielle le 4 février, portes ouvertes les 7 et 8 et, à partir du 10 février, une programmation stimulante avec notamment Mell, Travis Bürki, Imbert Imbert, David Lafore, Charlotte Etc, Gaspard la Nuit, Spoke Orkestra, Nicolas Jules, Saule et les Pleureurs, Mafalda Arnauth…

Au 64 boulevard de Clichy, le nouveau directeur des lieux, Julien Bassouls (ex-Life Live in the Bar), entend faire revivre ce qui fut pendant une quinzaine d’année le phare de la chanson, et surtout lui rendre sa fonction de défrichage et de découverte.Aujourd’hui symbole du règne de la chanson "rive gauche", les Trois Baudets furent pourtant installés par Jacques Canetti à Montmartre. Cette salle qui avait accueilli le légendaire Chat Noir, puis le Cabaret Chantant de Jean Bastia et le dancing Le Cœur de Montmartre, devint avec lui le lieu où l’on allait voir les futurs grands noms. A la fin des années 1940, c’est là que le public et les professionnels découvrent vraiment Henri Salvador, Jacqueline François, Francis Lemarque, Jean-Roger Caussimon ou Francis Blanche.

Succès de programmation

Pendant des années, la salle est remplie tous les soirs, plusieurs semaines à l’avance. Les revues de Pierre Dac et Francis Blanche, les tours de chant de Mouloudji ou Félix Leclerc, les soirées où Raymond Devos passe en silhouette muette, par surprise, derrière Jacques Brel, sont d’énormes succès. Et les débutants qui se présentent tremblants aux Trois Baudets s’appellent Serge Gainsbourg ou Boris Vian…

Les spectacles des Trois Baudets, au cours desquels une dizaine d’artistes sont présentés chaque soir, vont jusqu’à révéler des pianistes, alors que les pianistes de cabaret sont anonymes par fonction : Pierre-Arnaud de Chassy-Poulay deviendra le plus célèbre "metteur en ondes" de la radio, Darry Cowl devient un des plus grands acteurs comiques de sa génération, André Popp se fait compositeur et arrangeur, François Rauber part avec Brel et deviendra son légendaire orchestrateur...Si on feuillette l’album de famille des Trois Baudets, on y voit Goerges Brassens, Juliette Gréco, Christian Duvaleix, Ricet Barrier, Pierre-Jean Vaillard, Guy Béart, Jean-Claude Darnal, les Quatre Barbus, Aglaé, les Garçons de la Rue, les Trois Horaces, Gérard Séty, Catherine Sauvage, Philippe Clay, Lucienne Vernay, Fernand Raynaud, Pierre Dudan, Patachou, Robert Lamoureux – le Bottin mondain de la scène et du disque.

Comme Jacques Canetti est également directeur artistique de la maison de disques Philips, il est un des premiers à veiller à l’interaction entre la carrière sur scène et en studio de "ses" artistes, les Trois Baudets constituant un rouage central de son dispositif. Et tellement central qu’on a l’impression qu’aucune carrière n’a pu se lancer dans les années 1950, dans la chanson comme dans l’humour, sans un passage obligé par les Trois Baudets. En sera-t-il de même pour les années à venir ?

 Ecoutez le reportage de Bahi Allouache sur

Operation Portes ouvertes les 7 et 8 février 2009. Les Trois Baudets, 64 boulevard de Clichy 75018 PARIS