Une découverte, Sammy Decoster

Programmé à l’Auditorium le 22 avril, Sammy Decoster, jeune artiste français, auteur d’un premier album, Tucumcari, dispense un blues rock quasiment exotique puisque chanter en français dans le texte. Une belle découverte.  

Le blues rock made in France

Programmé à l’Auditorium le 22 avril, Sammy Decoster, jeune artiste français, auteur d’un premier album, Tucumcari, dispense un blues rock quasiment exotique puisque chanter en français dans le texte. Une belle découverte.  

Le hasard fait parfois bien les choses. Nous étions partis pour assister à la conférence de presse de la chanteuse Anais. Finalement refoulés pour cause d’assemblée de journalistes trop importante( !), il ne nous restait plus qu’à errer avant d’autres rendez-vous. Un jeune guitariste répétait, avec un contrebassiste, non loin de là sous le soleil chaud de midi. Sammy Decoster préparait son passage dans la salle de l’Auditorium, juste avant le Malien Victor Démé et le Français Mathieu Boogaerts.

Auteur d’un premier album sorti chez Barclay en janvier dernier, Tucumcari, le jeune homme, 26 ans, n’est pas un néophyte en matière de musique. Guitariste de scène des groupes Ultra Orange et Verone, Sammy Decoster donne à entendre un univers musical qui rappelle à tous les grands espaces américains.  Pourtant, le musicien propose une version bien française du blues rock. Sur scène accompagné de deux musiciens, il distille des chansons où la mélodie prévaut, où les paroles relèvent de touches impressionnistes données sur la partition.

Une once de country, du rock assené comme une évidence, du blues parfois, viennent habiller des morceaux comme Savannah Bay, l’Exil ou Je partirai me suicider à Hawaï. Beau programme ! Quelques effets de reverb’, sur des vocalises dispensables renforcent ce sentiment d’ailleurs. Le musicien termine son set avec une chanson d’un chanteur américain Hank Snow, A fool such as I, reprise aussi par un certain Elvis Presley. Sammy Decoster n’a rien d’un vieux briscard de la musique américaine mais il semble vouloir faire son chemin, tranquillement, avec sa guitare sur l’épaule, explosant les frontières des genres et des langues.


 Ecoutez un extrait de




 

Retour au sommaire

 

 

 

Sammy Decoster Tucumcari (Barclay) 2009