Effet de SMOD

Le 5 juin 2008 à Marseille, Manu Chao répondait à une armée de journalistes. Au détour d’une question sur ses projets, l'artiste lâchait le nom de SMOD, un trio de folk-rappeurs emmenés par Sam, le fils d’Amadou et Mariam. Deux ans plus tard, l’album SMOD sort enfin.

Premier album pour le fils d'Amadou et Mariam

Le 5 juin 2008 à Marseille, Manu Chao répondait à une armée de journalistes. Au détour d’une question sur ses projets, l'artiste lâchait le nom de SMOD, un trio de folk-rappeurs emmenés par Sam, le fils d’Amadou et Mariam. Deux ans plus tard, l’album SMOD sort enfin.


"Ils sont trois – Sam, Ousco  et Donsky – et ont une énergie incroyable. Je les ai rencontrés à Bamako sur la terrasse d’Amadou et Mariam durant l’enregistrement de Dimanche à Bamako. Le jour, on bossait et le soir quand les parents partaient se coucher, je retrouvais leur fils Sam et ses potes sur la terrasse pour faire de la musique.".

Pour le Clandestino mondialement connu, le trio mérite qu’on s’y intéresse. C’est en tout cas ce qu’il a fait, réalisant l’album de Sam et ses amis, dans la foulée de celui des aînés sur lequel il avait glissé Politic Amagni, cosigné par SMOD et lui-même.

Manu avoue ce jour de juin 2008 ne pas pouvoir livrer de date de sortie pour l’album de SMOD : "Because qui a signé le groupe a retardé la sortie. Surveille, ça ne devrait plus tarder" ajoutait-il.

La triplette de Bamako

Pratiquement deux ans jour pour jour après, le 31 mai 2010, l’éponyme SMOD  est enfin en bac. Depuis Manu Chao a eu le loisir de retrouver ses habits de globe trotter musical, Amadou et Mariam de peaufiner leur grand show en ouverture de la prochaine Coupe du Monde de ballon rond et ces trois minots désormais quasi trentenaires, de chercher à s’émanciper du statut de "fils de".

Rencontrés en février dernier au sortir d’un concert à l’Alimentation (Paris) devant une forte délégation de leur label, la triplette de Bamako se livre : "Sam et Donsky étaient dans la même classe au lycée Biya. C’est une histoire d’ado. On marchait partout ensemble, traînait partout ensemble. SMOD est né en 1999".

A leur début, ils sont quatre. Mouzy (le M de SMOD) a lâché l’affaire depuis. SMOD est resté. Le groupe a déjà enregistré deux albums à consonances hip hop au pays et assuré de nombreux concerts dont ceux d’ouverture et de fermeture de la Coupe d’Afrique des Nations en 2002 ou les premières parties de Magic System dans la sous-région.

Un fatras de généralités "alter-je m’en foutiste"

Alors pourquoi tant de retard à l’allumage ? Pourquoi ces dates successivement repoussées. Peut-être, pour attendre une bonne fenêtre météo comme on dit dans l’aérospatiale ou plus simplement probablement parce que l’album ne tient pas ses promesses ou les tient trop. Sam est bien le fils de ses parents qui n’ont pas les plus belles voix du Mali, même si celles de Papa et Maman ont pour elles de bien s’harmoniser entre elles. Celles de nos trois jeunes ont de plus du mal à jouer collectif, à interagir positivement, surtout sur scène où l’erreur n’est pas permise. Quant aux textes chantés ou rappés, entre brûlots politiques aux allures de pétards mouillés et chansons naïves sur fond de boîte à musique façon Chao, ils semblent avoir été écrits à leur début quant ils étaient encore lycéens. Pourtant que ce pays qui faisait partie du vaste Empire Mandingue compte de belles voix, pourtant que ce continent vaut mieux que ce fatras de généralités "alter-je-m’en-foutiste".

SMOD SMOD (Because Music) 2010  En tournée en France