Le rock globe-trotteur de MeLL

Avec sa forte personnalité, à même pas trente ans et déjà quatre albums au compteur, Mell nous emmène dans son univers tour à tour noir ou drôle avec Western Spaghetti, et fait souffler un vent nouveau sur le rock français.

Nouvel album, Western Spaghetti

Avec sa forte personnalité, à même pas trente ans et déjà quatre albums au compteur, Mell nous emmène dans son univers tour à tour noir ou drôle avec Western Spaghetti, et fait souffler un vent nouveau sur le rock français.

C’est des terrains de handball où elle officiait il y a dix ans que lui vient le diminutif qu’elle a choisi de garder comme nom de scène. Après une blessure, Mell troque le ballon contre la guitare, et commence à jouer dans sa région natale, la Lorraine, ses chansons néoréalistes teintées de punk alternatif.

Entre Metz et Nancy, elle se produit dans les bars, seule d’abord, puis rapidement sa musique s’étoffe : "On était cinq, on a pas mal baroudé jusqu’à ce qu’on ait la chance d’être signés pour deux albums chez un petit label indépendant, AND Music." Mon pied en pleine face sort alors en 2003, Voiture à pédales en 2005. A force de tourner pour se faire connaître, elle est repérée par les Têtes Raides, bascule sur leur label Mon Slip avec C’est quand qu’on rigole (2007), et sort aujourd’hui son quatrième opus, Western Spaghetti, enregistré à Berlin.

Si le titre est évocateur, ce n’est pourtant pas un hommage à Ennio Morricone : "On pourrait faire des courts-métrages avec mes chansons, mais elles ne sont pas cinématographiques dans l’écriture. Ce sont des histoires, ça change de mes anciens disques. Je voulais plus de poésie, pour laisser l’auditeur interpréter chaque morceau selon son imaginaire."

Ainsi se mélangent une course poursuite avec une histoire d’amour en arrière plan, des images d’hôpitaux psychiatriques, ou de personnes âgées qui veulent se suicider ensemble. Si les thèmes abordés sont souvent difficiles, les textes et les arrangements rock et enlevés font preuve d’une belle énergie.

Une poésie libre

Mell ne se prend pas au sérieux, avec des morceaux comme Chips à la banane, sorte de "patchwork de délires" où la vodka déforme la réalité, ou bien encore Nonsense, reprise en anglais du succès de Sabine Paturel de 1986, Les bêtises. "Je cherchais une reprise à faire, et j’ai essayé de la traduire pour rigoler. Je voulais aussi montrer que ce n’était pas un mauvais morceau, car l’harmonie est jolie et la mélodie pas si bête !"

Elle manie l’anglais avec humour, n’a pas de prétentions internationales car la majorité de ses textes sont en français, mais ses musiques ont la couleur de l’Amérique. Les arrangements rappellent Tom Waits, dont le son "l’inspire beaucoup", et elle a eu l’opportunité de s’entourer de quelques-uns des meilleurs musiciens d’outre-Atlantique. Ainsi on retrouve entre autres sur l’album Toby Dammit (ex-batteur d’Iggy Pop) à la batterie et à la réalisation, Kid Congo, (ex-guitariste des Cramps, de Nick Cave) et les musiciens de Calexico (pedal steel guitare, contrebasse et trompette) dont les sonorités de l’Arizona cadrent parfaitement avec le disque.

Avant toutes choses, ce qui caractérise la chanteuse est l’esprit de liberté de sa démarche artistique, comme lorsqu’elle s’inspire de la musique turque en jouant du saz (luth à manche long, ndlr) sur Lisa. Sur scène, elle aime improviser : "C’est un endroit où se passent des choses qui n’arriveraient jamais au quotidien, et où il est important de partager le moment avec les gens qui sont dans la salle".

On retrouve sa poésie dans ses chansons, mais aussi dans des livres. Elle en a écrit trois, dont le dernier, Lucky Looser, est une nouvelle qui parle d’une descente aux enfers. Une autre porte ouverte à un grain de folie qui n’est pas pour déplaire.

Mell, Western Spaghetti (Mon Slip/Tôt ou Tard/Wagram) 2011
Mell, Lucky Looser (Le goûteur chauve) 2011
En tournée en France