Les nouveaux horizons de Bertrand Cantat

Les nouveaux horizons de Bertrand Cantat
Détroit (Bertrand Cantat et Pascal Humbert) © DR

Sous le nom de Détroit, Bertrand Cantat sort Horizons, son premier disque en solo depuis le drame de Vilnius. Intimement lié au destin du chanteur de Noir Désir, cet album composé avec le musicien Pascal Humbert revient sur une décennie noire, mais pas seulement. RFI Musique a parcouru ces Horizons mais cette écoute peut-elle être tout à fait détachée de sentiments troublés ?

Il y a d’abord ce que personne ne peut oublier : la mort de Marie Trintignant à l’été 2003, la condamnation de Bertrand Cantat pour ce meurtre et, l’histoire d’un couple ramené à un triste fait divers. Il y a ensuite la suspicion qui plane ces dernières semaines encore sur Bertrand Cantat dans une autre affaire, celle du suicide en 2010 de son épouse Kristina Rady. Et enfin, il y a au cœur de tout cela, un chanteur qui, quoi qu’il fasse désormais, est renvoyé à son destin de damné.

Après une décennie noire, marquée par quatre années de prison, Bertrand Cantat revient donc à la musique, en faisant paraître sous le nom de Détroit un nouveau disque au titre évocateur, Horizons. Marqueur symbolique de son retour à la vie publique, cet album n’en reste pas moins une étape de plus dans le chemin parcouru par le chanteur de Noir Désir durant toutes ces années.

Depuis sa réapparition en public à l’occasion d’un concert d’Eiffel voici trois ans, il était en effet de plus en plus présent sur scène comme en coulisse.

Pascal Humbert dans l’ombre

Posant sa voix sur les disques d’Eiffel et de Shaka Ponk, collaborant avec Amadou et Mariam et Brigitte Fontaine, Bertrand Cantat a entamé une nouvelle carrière après la fin de son groupe, Noir Désir. Il y a deux ans à peine, sa performance dans la pièce de théâtre, La trilogie des femmes, a donné lieu à un livre/disque incandescent où, sur des adaptations modernes de Sophocle, sa voix portait à nouveau, solaire comme jamais. Pascal Humbert, déjà présent dans cette aventure, est aujourd’hui l’autre moitié du groupe Détroit.

Le bassiste a beau être un homme de l’ombre, il n’en reste pas moins une vieille connaissance du milieu rock indépendant. Membre du groupe Passion Fodder, Pascal Humbert a été par la suite l’un des musiciens de Sixteen Horsepower, dont l’un des compagnons de route fut justement Bertrand Cantat. Jouissant d’une solide réputation, notamment du fait de ces collaborations avec des songwriters talentueux comme Théo Hakola ou David Eugene Edwards, il a creusé jusqu’ici le sillon d’un rock à la tristesse infinie hanté par blues.

Bertrand Cantat, qui avait déjà formé avec ses copains de lycée le groupe de rock français le plus important de cette fin de siècle, Noir Désir, n’a pas rompu le silence par hasard, loin de là.

Catharsis au centre du disque

Intimement rattaché à la vie de Bertrand Cantat ces dix dernières années, Horizons est impossible à détacher de celle-ci, d’autant plus que les trois chansons centrales du disque, Ange de désolation, Horizon et Droit dans le soleil, évoquent un amour fou, la prison et la vie après. "Qui de ma tête ou de ma tête ou de mon cœur va / Imploser comme une étoile ? / Quel débris ou quel morceau de moi / D’abord, te rejoindra ?", chante Cantat, dans Horizons. Encadrées par deux instrumentaux -est-ce un hasard ?- Détroit 1 et 2, ces trois chansons forment un ensemble clairement cathartique.

Écrit en grande majorité par Bertrand Cantat, parfois suppléé par le dramaturge Wajdi Mouawad, le journaliste/écrivain Claude Faber et la présentatrice télé Olia Ougrik –tous deux inconnus comme paroliers jusque-là, cet album composé de douze morceaux laisse autrement la place à cette société que Cantat observe toujours en spectateur critique (Null and Void, Sa majesté).

Chanté en français et en anglais et reposant essentiellement sur une tension contenue dans laquelle se retrouve la reprise d’Avec le temps de Léo Ferré et l’influence fondatrice du Gun Club, Horizon voit revenir l’électricité à mi-parcours. On notera par ailleurs au détour d’un chœur ou d’une partie instrumentale, la présence discrète des membres de Shaka Ponk.

Au final, Horizons est un disque puissant, d’une grande beauté qui démontre que Bertrand Cantat demeure un chanteur d’exception. Mais ce disque pas toujours égal, les conditions de sa sortie – un seul entretien de fond a été accordé au journal les Inrockuptibles et une seule session vidéo a été tournée à ce jour, en sus des clips officiels-, son écoute si particulière, suffiront-ils à réhabiliter complètement un homme ? Avec le temps, peut-être … oui, avec le temps, va…

Détroit (Bertrand Cantat – Pascal Humbert) Horizons (Barclay) 2013
Site officiel de Détroit