Bisso Na Bisso

© Cassius Parent

Dix ans après le succès de Racines, le collectif franco-congolais Bisso Na Bisso ("Entre nous" en langue lingala) signe son retour avec Africa. Nouvel album et concept identique.

 

Célébrer les noces des musiques africaines et du rap hexagonal, voici le pari de Passi, aux manettes, qui retrouve ses complices (Lino et Calbo du tandem Arsenik, Ben-J des Neg’ Marrons, Mystik), rejoints par des invités de marque comme Cheb Khaled (Avec le sourire) ou Manu Dibango. Au menu de cet album copieux, un savant mélange de saveurs et d’humeurs, de couleurs et de musiques afro-hip hop : rumba, zouk, reggae, soukouss, rap affuté, mélopées orientales, rythmes ivoiriens et sonorités électroniques plus urbaines...

Si les tubes potentiels taillés pour le dance-floor (Show ce soir, Champions) peuvent lasser avec leurs refrains martelés sans finesse ou chantés de façon sirupeuse (Pas de différence avec Christophe Maé), la collectif vise juste quand il célèbre une Afrique résolument tournée vers l’avenir (Electrochoc, Avec le sourire) malgré la persistance des séquelles postcoloniales (Endetté).

L’humour a également droit au chapitre avec Tonton, évocation drolatique et nostalgique d’un oncle abusivement squatteur. L’humeur festive n’exclut pas la colère, notamment sur Même combat chanté avec le Jamaïcain Sizzla. Le collectif s’illustre également dans l’art du story telling avec Bon voyage, récit émouvant du périple d’un immigré : du départ de son village jusqu’à l’église Saint-Bernard.

L’album se conclut par We Love Africa, hymne choral interprété par une quinzaine d’artistes (la Béninoise Angélique Kidjo, le Congolais Papa Wemba, la Cap-Verdienne Mayra Andrade, le Sénégalais Ismael Lo…). Le résumé idéal de cet album résolument panafricain, du Maghreb à l’Afrique du Sud.

Bisso Na Bisso Africa (Issap/ Up Music/Warner) 2009