Une année sous le signe de Vald

Vald. © Libitum

Vald, le rappeur originaire d'Aulnay-sous-Bois revient encore plus déjanté que jamais avec son premier album Agartha. Ses clips comptabilisent des millions de vues sur YouTube et lancent l’album disponible depuis le 20 janvier.

"J’ai vingt-quatre piges et cinq Cds…" (Acacia) Celui qui met un point d’honneur à ce que les présentations se déroulent sans accrocs dès l’entame de son album est un rappeur aulnaisien. Derrière l’acronyme Vald se cache l’identité de ce dernier : Valentin Le Du.

Ce blond au look atypique avec ses lunettes de soleil vissées tantôt sur le nez, tantôt sur l’arrière de la tête revient avec un premier album après la sortie de 4 projets : NQNTMQMQMB (Ni Queue Ni Tête Mais Qui Met Quand Même Bien - 2012), Cours de rattrapage (2012), NQNT (Ni Queue Ni Tête - 2014), NQNT 2 (Ni Queue Ni Tête 2 - 2015).

L’artiste donne le ton dès la pochette de son CD : Agartha, grimé sur un vitrail en figure christique surplombant la Terre, il illustre sa musique à mi-chemin entre le rap hardcore et le rap décalé. Au fil de 17 morceaux dont deux en featuring, l’un avec Suikon Blaz AD, l’autre Damso, Vald nous entraîne dans son royaume secret où le trash rencontre l’absurde.

Dès son premier single Eurotrap, le rappeur aulnaisien s’attaque à l’afrotrap. Dans son morceau l’afrobeat est relayé par des sonorités aux allures de rave party pour nous balancer comme il nous le dit si bien : "d’la trap de viking…" Au-delà de la course à la punchline saupoudrée d’images aussi farfelues les unes que les autres, Vald a su s’affranchir de tous ces codes en s’aventurant dans des thématiques inédites.

Avec Megadose, son deuxième single, il tente d’élever nos consciences singeant notre surconsommation avec un clip explicite qu’il nous livrait juste avant les fêtes de fin d’année. Après s’être occupé de nos consciences, il nous cible en plein cœur en nous parlant d’amour avec le surprenant morceau Je t’aime. Il poursuit sa confession en exprimant une dépression avec le titre : Kid Cudi. Un clin d’œil au célèbre rappeur de Cleveland qui fut récemment interné pour dépression et pulsions suicidaires. La scénographie du clip rappelle légèrement Puirsuit Of Happiness (Kid Cudi) mais pour exprimer cette fois-ci le désespoir de Vald.

On passe du coq à l’âne, du rire aux larmes avec ce rappeur au large éventail de personnages rappelant le grain de folie d’Eminem. Le 6 janvier, il livrait un live déjanté grimé en Donald J. Trump sur le plateau de l’émission Le Grand Journal sur Canal +. Cette prestation n’est pas sans rappeler Eminem 18 ans plus tôt grimé en Georges W. Bush dans l’incontournable My names is.

N’est pas Eminem qui veut… Vald clôt son album avec Dernier verre, histoire de nous rendre ivres une ultime fois de son univers particulier. En attendant de savoir quel va être son prochain coup d’éclat, il nous prouve avec Agartha, disponible depuis le 20 janvier, sortie le jour de l’investiture de Donald J. Trump, que c’est une année sous le signe de la Saint-Valentin.

Vald Agartha (Capitol / Universal) 2017

Site officiel de Vald
Page Facebook de Vald