The Inspector Cluzo, campagne rock

Le groupe de rock gascon The Inspector Cluzo. © Laurent Etxemendi

"Agir local pour penser global", c’est la devise affichée par The Inspector Cluzo. Depuis maintenant une décennie, ces gentlemen rockeurs venus des Landes se sont taillé une solide réputation scénique. Leur 6e album, We the people of the soil, ancre dans un blues/rock à l’ancienne un duo partagé entre la vie d’agriculteur et celle de musicien.

C’est une machine infernale jamais plus à son aise que dans les salles qui sentent le rock, un formidable groupe de scène. Depuis dix ans, The Inspector Cluzo sait comme personne amener le public dans des concerts chargés de gros son. Originaires des Landes, le guitariste/chanteur, Laurent Lacrouts et le batteur Mathieu Jourdain ont parcouru le monde avec une musique sans détour, et ils devraient visiter en août leur quarante-septième pays, la Pologne, à la faveur du "Woodstock" local.

Les Cluzo profitent pleinement de "la mondialisation culturelle", mais plutôt altermondialistes dans l’esprit, ils ont opéré un retour à la terre. Partagés entre ces tournées et leur ferme située dans la région de Mont-de-Marsan, Lou Casse, ils élèvent des oies six mois de l’année. En devenant fermiers rock, ils ont aussi laissé derrière eux une fusion énervée, pour se tourner vers un blues/rock à l’ancienne. Si les guitares restent imprégnées d’un groove funky, c’est bien dans la lignée des White Stripes qu’on se situe désormais.

Grande première pour ces habitués du "fait maison", We the people of the soil a été enregistré à Nashville par Vance Powell, un collaborateur de Jack White et de beaucoup de bluesmen. Tout en anglais, ce sixième album évoque les préoccupations sociétales de ces rockeurs qui chantent, avec un accent made in Sud-Ouest, The globalisation blues. On y parle d’un voisin pas du genre à se plaindre, des gens qui vous jettent de la poudre aux yeux et d’une route qu’on parcourt sans avoir pactisé avec le diable.

À l’ombre de la musique américaine, les Cluzo ont trouvé un son sans fioritures qui alterne entre de gros riffs de guitare et des moments plus acoustiques, presque folk. Ce sont les guitares qui dominent ici, soulignées par un orgue Hammond et en fin de course, d’un violon. Cette musique ne trichant jamais, sa simplicité a, comme un bon vieux Led Zeppelin, quelque chose de rassurant.

Bien dans la lignée de ses productions les plus récentes, We the people of the soil – traduire : "Nous les gens de la terre"- fleure bon l’indépendance et le travail bien fait. Mais encore une fois, il faut voir nos deux complices sur scène, parce qu’ils déménagent vraiment.

The Inspector Cluzo We the people of the soil (Fuckthebassplayer Records) 2018

Page Facebook de The Inspector Cluzo
Site officiel de The Inspector Cluzo