Revisiter les chansons de Patrick Saint Éloi

© Youri Lenquette

Le zouk antillais n’aurait sans doute pas la même saveur ni la même notoriété, si Patrick Saint Éloi ne lui avait pas apporté sa sensibilité. Six ans après la disparition du chanteur guadeloupéen, membre de la famille Kassav', une quinzaine d’artistes lui rendent hommage avec ses propres chansons sur l’album Passion Saint Éloi.
 

Pour tenter de se faire une idée assez précise de la place singulière qu’occupe Patrick Saint Éloi dans la mémoire collective aux Antilles, il suffit de s’arrêter sur le nombre d’événements musicaux qui lui ont été consacrés depuis 2010 et le sont encore, chaque année, fin septembre, à l’approche de la date commémorative de sa disparition. C’était le cas il y a quelques semaines, ici avec Tony Chasseur, là avec Tanya Saint-Val. Les artistes caribéens ne manquent jamais l’occasion de célébrer le répertoire de celui qui a été pendant deux décennies un pilier de Kassav' et a marqué l’histoire du zouk, à la fois locale et internationale, puisqu’il reste la figure emblématique du zouk love, ce sous-genre qui a séduit aussi bien l’Afrique que l’océan Indien.

L’album Passion Saint Éloi, intitulé ainsi en référence aux initiales du chanteur, témoigne à son tour de cet attachement, de cette relation quasi personnelle que chacun, là-bas, semble avoir entretenue avec cet enfant de la Guadeloupe. "Incroyable pour quelqu’un qui était souvent dans son coin", soulignait il y a quelques années son manager François Pinard. Celui-ci est à l’initiative de cet hommage discographique collectif piloté par Rhudy Pinel-Féréol, fils trentenaire de "PSE", avec les conseils précieux de Jacob Desvarieux. L’entreprise aura duré trois ans. "Entre l’idée et la conception, cela a pris du temps", explique-t-il sur la page Facebook dédiée, pointant au passage que "ce n’est pas évident de reprendre PSE".

Se glisser dans les mots d’un maître est un exercice exigeant. "Patrick Saint Eloi est le plus grand romantique de la culture antillaise et, aujourd’hui, il est impossible pour un artiste de ne pas se situer par rapport à lui – comme Carlos Gardel ou Frank Sinatra dans les genres qu’ils ont portés à leur sommet", écrit le journaliste et auteur Bertrand Dicale dans le livret du CD.

"Ce qui me touchait, c’était la sensibilité qu’il mettait dans ses chansons", insiste Thierry Cham, l’un des seize artistes présents sur l’album, aux côtés entre autres de Sael, Carimi, E.Sy Kennenga... S’il avait préféré éviter de reprendre un titre de Patrick Saint Eloi lors du concours de chant parrainé par Kassav' qui l’a révélé à la fin des années 80, car "tout le monde voulait l’imiter", il a su par la suite attirer l’attention de l’auteur du tube West Indies qui l’a notamment invité sur scène lors de sa série de concerts au Centre des arts en Guadeloupe, il y a une dizaine d’années. "Je garde aussi un excellent souvenir de sorties en mer avec lui, ainsi qu’avec Gilles Floro, un autre artiste qui nous a quittés", poursuit-il.

Ballad Kreyol, qu’il interprète sur Passion Saint Éloi est presque un classique. "C’est une chanson que j’ai toujours chantée à la maison, mais que je n’ai jamais sortie sur un support. Elle faisait partie de mes préférées quand j’ai découvert la musique zouk", raconte celui qui avait participé à la comédie musicale Génération Saint Eloi, présentée à Paris fin 2014, et dans laquelle intervenaient aussi Perle Lama, Fred Deshayes ou encore Medhy Custos. "Je ne pouvais pas faire moins bien, c’était un peu le challenge", poursuit-il, tout en admettant que "la marge de manœuvre était étroite : l’auditeur doit reconnaitre la chanson tout de suite et avoir l’impression d’entendre l’originale tout en ayant des éléments nouveaux".

L’approche du Guyanais Warren, chanteur qui s’est aussi illustré dans le passé pour ses collaborations pour Fanny J, s’avère similaire : "Il fallait réfléchir à la façon d’aborder ces reprises, avec respect et sans trop dénaturer les versions initiales. Je voulais qu’on retrouve la couleur de Patrick et qu’on puisse, en dessous, y sentir aussi la mienne et c’est la raison pour laquelle j’ai fait appel à de vrais musiciens pour m’accompagner, notamment la section de cuivres de Kassav'." Sur les quatre morceaux qui lui ont été confiés, il s’en est gardé un et, pour les trois autres, a proposé aux chanteuses Lynnsha, K-Reen et Joyce de prendre le micro, afin de "faire ressortir l’âme de Patrick, son émotion, avec des voix féminines".

En août 2008, l’ex-chanteur de Kassav' lui avait offert une opportunité en le conviant à ses 25 ans de carrière au Moule, chez lui, devant 30000 spectateurs. Warren ne l’a jamais oublié : "J’ai fait le maximum sur ce projet, pour lui rendre ce geste, cette main tendue vers une génération qui n’était pas la sienne." Faire vivre les œuvres de Patrick Saint Éloi est un moyen efficace de conserver intacte la passion.

Compilation Passion Saint Eloi (Nota Bene/Wagram) 2016

Page Facebook de Patrick Saint Éloi