Les Victoires de la Musique 2016

Les Victoires de la Musique 2016
Vianney recevant la Victoire de l'Artiste masculin de l'année © B.Guay/AFP

Un palmarès qui se répète comme en proie à d'étranges bugs (Johnny Hallyday, Les Innocents), le sacre d'un label indépendant (Vianney et Yael Naim), Louane curieusement couronnée, le nouveau doublé de Christine and The Queens mais dans des catégories moins prisées. Voilà ce qu'on peut retenir de cette 31e édition des Victoires de la musique.

"Ma chérie, t'as changé de coiffure? Tu es parfaite". Une émission de Cristina Cordula ? Mauvaise pioche. Phrase entendue à la volée dans les coulisses des Victoires. La grande famille de la musique qui se congratule, s'enlace, s'aime soudainement d'une manière démesurée. Chaque année, c'est la même chanson. Dans le long couloir où les portes des loges d'artistes s'ouvrent et se referment sans relâche, ça déambule de partout.

En aparté, on apprend alors que Kendji Girac s'est récemment fait opérer du nez, que Johnny Hallyday - en concert à Périgueux - arrivera en fin de soirée via un jet privé, que Booba zappera à nouveau la cérémonie et que, contrairement à ses prédécesseurs, la nouvelle ministre de la Culture, Audrey Azoulay, ne fera aucune percée en salle de presse. Comme à l'accoutumée, la soirée a traîné en longueur. Une course constante contre la montre, un rythme cahin-caha, une présentatrice figée devant son prompteur, des vannes qui s'échouent dans un vide sidéral, des remerciements à rallonge. Rien n'a vraiment changé.

On le sait, cette 31e édition esquissait le portrait œcuménique d'un paysage hexagonal apte à joindre les extrêmes. Balayer un spectre extrêmement large, un parti pris qui a fait causer. Nommer dans la même catégorie Kendji Girac et Dominique A, c'est un peu comme si les Césars mettaient sur la même ligne de départ Kev Adams et Michel Bouquet.

Souvent par le passé, les Victoires se sont fait l'apôtre de succès à taille humaine, se méfiant des triomphes commerciaux et des modes. Cette fois-ci la cérémonie a misé à toute berzingue sur la diversité, la génération The Voice et les grands écarts. Quitte à faire preuve d'incohérences grossières. Du rock, les Innocents ? Et on ne parlera pas de la chanson de l'année où l'inanité des textes de Louane et Maître Gims était louangée. D'ailleurs, c'est finalement, sans surprise, que les cours de collège ont plébiscité le rappeur.

Au rayon de la "loose", l'électrique Jeanne Added a fait chou blanc au détriment d'une Louane pour qui on trouve la faveur injustement disproportionnée. En se détournant de Feu Chatterton!, la profession a négligé un des gestes artistiques forts de l'année. Et au profit de quoi ? D'une pop-electro passe-partout, celle de Hyphen Hyphen. Carton plein pour le label Tôt ou Tard qui rafle haut à la main deux catégories reines. Vianney, bénéficiant d'une grosse cote d'affection du métier, damne donc le pion aux rêves de consécration de Kendji Girac. Quant à Yael Naim, annoncée favorite, elle s'offre une redite cinq ans après un premier sacre.

Malgré une habituelle tendance au ronronnement, quelques fulgurances ici et là : Vianney impeccable pour l'hommage à Michel Delpech, Véronique Sanson en majesté sur Étrange comédie, la fraîcheur revigorante de Faada Freddy, la belle émotion de William Sheller à qui on a décerné une Victoire d'honneur et les roulés-boulés de Christine and The Queens au moment d'aller chercher son prix de la tournée.

Reste enfin le cas Johnny Hallyday. Dixième breloque dans son escarcelle. Puisqu'il a fait le déplacement, et cela en dépit du fait qu'il ne soit pas arrivé à l'heure pour sa prestation live, difficile d'imaginer qu'il allait repartir bredouille. Son nom a retenti. Il a feint l'étonnement. Fait une accolade à Laeticia. Invité Maxim Nucci (Yodelice), le compositeur de son disque, avec lui sur scène. Et répété : "Je vous souhaite de l'amour à tous". Imbattable, aussi, niveau éloquence...


Le palmarès des Victoires :

Artiste masculin : Vianney
Artiste féminine : Yael Naim
Album révélation : Louane (Chambre 12)
Révélation scène : Hyphen Hyphen
Album de chansons : Johnny Hallyday (De l'amour)
Album rock : Les Innocents (Mandarine)
Album de musiques urbaines : Nekfeu (Feu)
Album de musiques du monde : Hindi Zahra (Homeland)
Album de musiques éléctroniques ou dance : The Avener (The wanderings of the Avener)
Chanson originale : Maître Gims (Sapés comme jamais)
Tournée : Christine and The Queens
Vidéo-clip : Christine and The Queens (Christine)
 

Site des Victoires de la musique