Céline Dion en français

Céline Dion en français
© DR

A la veille des fêtes de fin d’année, Céline Dion livre Sans attendre, son 14e album studio en français sur plus d’une trentaine d’enregistrements en 30 ans de carrière. Un disque de chansons écrites pour elles sur mesure, et aussi personnel qu’un blason de famille.

Musicalement, le mystère n’est plus vraiment entretenu quand Céline Dion sort un nouvel album, en français qui plus est. On sait d’emblée qu’on va avoir affaire à un disque de variété, aux arrangements nourris de tout un éventail d’instruments plutôt classiques, et porté par une voix puissante qui tour à tour, gronde ou s’émeut.

Sans déroger à la règle, Sans attendre présente la particularité de nous ouvrir la porte vers la vie privée de la chanteuse, ce dès la pochette. Son avatar girly y décore son arbre de vie de Noël. Au menu des ornements, la clef de sol pour la musique, un biberon pour ses deux jumeaux, une chaussure à talon chic, et le chiffre 5 suspendu à une branche. 5, soit le compte pour Céline, René son mari, René-Charles leur aîné, Nelson et Eddy, les deux petits derniers… Le compte y est, elle n’a oublié personne, et tient entre ses doigts la décoration ultime, un cœur rose comme un bonbon.

Les chansons du disque vont plus loin encore. Son complice Jacques Veneruso lui a brodé Parler à mon père, en mémoire au disparu, et composé la musique de Celle qui m’a tout appris, en hommage à sa mère.
 
On retrouve également des Français loin d’être inconnus. Grand Corps Malade signe le texte de Céline Dion maman, La Mer et l’enfant, tandis que Maxime Le Forestier décrit l’émotive qui ne se cache plus vraiment derrière l’interprète, avec Moi quand je pleure, sur une musique de Stanislas. Collaboration au sommet, l’on doit à Miossec le texte de L’Amour peut prendre froid, entonné avec Johnny Hallyday, et cerise sur le sapin, Céline Dion s’offre même un duo virtuel avec Henri Salvador sur Tant de temps.
 
C’est qu’il y en a du beau monde sur ce dernier opus. Oui mais voilà, il n’y a rien à faire, en matière de variété, ce sont comme souvent, les Québécois qui excellent. Ainsi, les titres les plus réussis sont Une chance qu’on s’a, la chanson de Jean-Pierre Ferland qu’il est lui-même venu partager avec sa compatriote, et Que toi au monde, signé de la plume… de Luc Plamondon.
 
Femme et star
 
Un album de famille à l’image d’une vie bien remplie, qui n’empêche pas Céline Dion de poursuivre sa carrière internationale. Alors qu’elle fêtait l’été dernier sa 100e prestation à Las Vegas, elle annonçait à son public une trentaine de dates supplémentaires pour cet hiver, dix ans pile après son premier spectacle made in Vegas.
 
La chanteuse a également enregistré Unfinished songs, écrite par l’auteur Diane Warren pour le film Song For Marion du réalisateur britannique Paul Andrew Williams, et que l’on retrouvera sur son prochain album en anglais, Water and a flame, dont la sortie initialement prévue ce mois-ci a été repoussée.
 
En attendant, Céline Dion continue de garder un œil sur sa ligne de parfums, sa collection de montres et de lunettes de soleil, et poursuit la promotion de son nouveau disque. Elle sera sur France 2 le 24 novembre, entourée de Véronique DiCaire et de Michel Drucker bien sûr, pour interpréter dans son Grand Show ses plus grands succès, en compagnie d’artistes comme Johnny Hallyday, Patrick Bruel, Florent Pagny, et Michel Sardou !
 
Céline Dion Sans Attendre (Sony Music) 2012