Olivia Ruiz, ses ruptures et ses mots

Olivia Ruiz
© JB. Mondino

Pour son quatrième album, Le calme et la tempête, Olivia Ruiz change d’horizon et raconte son deuil amoureux. Le premier disque entièrement écrit par Miss Ruiz, sur lequel plane le souvenir de sa relation avec le chanteur du groupe Dionysos, Mathias Malzieu, affine son style et affirme la chanteuse.

De la petite mamie qui la trouve bien sympathique à ceux qui l’ont découverte au moment de La femme chocolat en passant – évidemment- par le spectateur de la Star’Ac, il y a comme une évidence. Tout le monde aime Olivia Ruiz. A l’exception notable de quelques-uns, peu de chanteuses et de chanteurs français ont en effet réussi à fédérer ces dernières années un si large public autour d’un univers chanson, baigné de rock et de culture hispanique.

Durant sept années qui la virent passer d’ancienne candidate rebelle d’un télé-crochet à artiste populaire, le son d’Olivia Ruiz a été marqué par sa relation avec Mathias Malzieu, le chanteur du groupe Dionysos. Comme son ex-compagnon, elle s’est entourée d’un monde où les instruments enchantés (vibraphone, scie musicale, clochettes, ukulélé…) incarnent tout un bestiaire. Son quatrième album, Le calme et la tempête, se détache en douceur de cela et affine encore son style.

La rupture en douceur
 
Ce n’est un secret pour personne depuis qu’elle l’a révélé dans une interview accordée à un magazine "people", Olivia Ruiz et Mathias Malzieu sont désormais séparés et cet album est marqué par cette rupture. Pour imaginer ce disque, la chanteuse est partie en solitaire à Cuba puis à Los Angeles, où elle a enregistré et coréalisé ces douze chansons. A l’exception d’un titre emprunté au répertoire mexicain (La llorona), Le calme et la tempête est le premier essai entièrement écrit et composé par Miss Ruiz.
 
Largement autobiographique, ce nouvel enregistrement rompt en douceur avec le passé. Si la féérie n’est plus exactement la même que celle de La femme chocolat et Miss Météores, ses deux précédents disques, il reste dans La voleuse de baiser ou Ironic Rainbow des couleurs de Dionysos. Les moments les plus rock et leurs rythmiques évoquent aussi l’ombre du groupe de Valence.

Le deuil amoureux

Souvent touchant, parfois un peu mièvre, Le calme et la tempête traite du deuil amoureux et du deuil en général. Il évoque avec pudeur et poésie ce moment de reconstruction, durant lequel le souvenir aide à continuer envers et contre tout. Historiette sur le retour du désir amoureux, Mon p’tit chat dit bien ce moment de l’après, où même un animal câlin peut mettre les sens en émoi.

 
Chantée en français, en anglais et en espagnol, cette quatrième réalisation marque sans doute une nouvelle étape pour Olivia Ruiz. Si elle ne surprendra pas vraiment tant on y retrouve ce qui a fait son succès jusqu’ici, elle démontre que Miss Ruiz est beaucoup plus qu’une femme à croquer, une digne héritière de la chanson réaliste et des groupes de rock dont elle revendique l’influence.
 
Olivia Ruiz Le calme et la tempête (Polydor) 2012
En tournée française à partir du 27 janvier et en concert à Paris le 18 février à l'Olympia