La belle saison de Bensé

La belle saison de Bensé
Bensé © DR

Six ans après Album, Bensé (Julien Bensénior), sort Le Printemps, un deuxième disque de chansons pop, nourries de ses voyages et expériences de vie. Celui que l'on avait aperçu comme bassiste au côté de son frère, sous le pseudo La Vega, dans le groupe Jil is Lucky propose aujourd'hui un projet dense (quinze titres) qui laisse présager d’un artiste à suivre.

Le single Portrait chinois, sorti au printemps dernier, augurait d’un disque de variété pop guilleret, efficace, réussi. On s’imaginait Le Printemps, … printanier. Celui de Bensé s’ouvre sur un décor houleux, illustré de boucles sonores entêtantes. En deux morceaux, le chanteur vient nous annoncer les arrière-saisons d’un disque qui chante six années de vie, qui secoue en conviant les éléments comme autant de paysages sonores.

Entre deux Tempêtes, on se laisse entraîner par quelques titres pop qui tiennent leurs promesses d’ensoleillement : on gardera Portrait Chinois et En voyage pour la compil des vacances, mais surtout le très réussi Cassandre et sa mélodie anglo-saxonne, qui annonce un artiste qui devrait rapidement venir jouer dans la cour des grands.

A plusieurs endroits, Bensé nous rappelle Julien Clerc, par l’interprétation ou le sens de la mélodie. A d’autres, la plume vagabonde du chanteur, moins joyeuse qu’il n’y paraît, croque ses souvenirs ou ses moments d’introspection dans des habits aussi trompeurs qu’ils sont rythmés (Dans mon réduit).
C’est d’ailleurs par son sens des contrastes que Bensé nous séduit le plus. Le Printemps qu’il nous livre en fin de disque a des allures de requiem poétique, relevé d’harmonica blues : "C’est moi l’éternité en vrac/C’est moi qui dévore les enfants/C’est moi l’espoir, et moi la claque/C’est moi… Le Printemps." Une façon de le sacrer, qui fait mouche.
Bensé Le Printemps (Parlophone) 2014
Page Facebook de Bensé
Site officiel de Bensé
A écouter : Bensé en live dans La Bande Passante (01/07/2014)
En concert le 16 octobre à la Maroquinerie (Paris)