Allain Leprest

Allain Leprest

Le dernier envol d’Allain Leprest : quelques mois après sa disparition volontaire, sort Leprest symphonique, qui regroupe ses derniers enregistrements, complétés par Christophe, Sanseverino et quelques autres…

Le travail n’était pas fini. À l’été 2011, Allain Leprest avait commencé l’enregistrement des voix d’un album dont il n’avait jamais tout à fait osé rêver à voix haute. Lui qui s’était nourri des grands maîtres de la chanson française qui avaient pris leur envol dans les années 1950, à l’époque des vastes orchestres peuplant les studios des variétés, il n’avait jamais connu les grands vaisseaux de cordes ou les forêts de vents dans ses propres chansons. Amplement célébré par ses pairs, Leprest n’avait jamais reçu l’onction du grand public et les gros budgets d’enregistrement.

Son producteur Didier Pascalis lui proposait ce cadeau : l’Ensemble orchestral des Hauts-de-Seine dans des arrangements de son vieux complice Romain Didier pour treize de ses chansons les plus célèbres. En juillet, Leprest enregistrait sa voix pour sept chansons ; le 15 août, il mettait fin à ses jours.

Alors les amis sont venus pour les six chansons enregistrées par l’orchestre auxquelles il manquait désormais une voix. Ainsi, la voix titubante de Jehan arpente Le Temps de finir la bouteille avec son bouleversant parler-chanter environné par l’ample voilure de l’orchestre qui fait plus grandes encore les promesses d’ivrogne du texte. Sanseverino apporte une révolte qui colle superbement à la montée rageuse de l’orchestre dans SDF… On entend encore Christophe, Daniel Lavoie, Enzo Enzo et Kent en interprètes zélés des chansons de Leprest.

Et lui ? Reprenant ses propres classiques comme Il pleut sur la mer, La Gitane ou Nu, il semble parfois même dopé par les dimensions que prend la musique. Pour son dernier enregistrement, il bénéficie d’un environnement d’une noblesse et d’une richesse auxquelles sa voix s’adapte sans mal. La réussite de cet ultime album fait d’autant plus regretter sa disparition.

Allain Leprest : Leprest symphonique, (Tacel-L’Autre Distribution) 2011