Berry

Berry
© DR

En 2008, Berry nous lançait comme premier enchantement l’inattendu et irrésistible album Mademoiselle. Aujourd’hui, avec Les Passagers, on repart pour un tour. Revue de détail.

Il y a quelques mois, alors que Berry était l’invitée de Vincent Liben pour le duo Mademoiselle Liberté, on s’imaginait la chanteuse sur la pochette d’un 33T. On n'en est pas loin avec l’écrin de son nouveau disque Les Passagers, ses images en noir et blanc et son joli visuel rétro.

Les douze titres qui le composent nous ramènent à ce que la chanson française transmet parfois de plus précieux : la poésie de la vie, du bonheur à la mélancolie, dite avec des mots simples. Les destins s’y croisent, s’enlacent ou se confondent (Si c’est la vie, Ce matin), le cœur pardonne (Si souvent) ou voyage, court le long des notes du piano et des guitares électriques (Like a river, coécrit avec Troy Von Balthasar de Chokebore).

Au-delà des mots, la musique est aérienne et enveloppante, les arrangements sont colorés de bossa (Voir du pays) autant que de cordes, de swing ou de blues (Claquer dans les doigts), et même de clins d’œil. Ici, on entend le mythique Passenger d’Iggy Pop (Les Passagers, sur un texte de Daniel Darc), là, se profilent l’ombre de Gainsbourg (Brune nous évoque Initials B.B) et celle de Birkin (Non, ne le dis plus), tandis que For Ever donne la réplique à l’un des titres du premier album.

Et au-delà de la musique, on retrouve ce fil d’Ariane et de roseau, dénudé et pourtant pudique, qui plie mais ne rompt pas. Celui-là même qui nous avait séduits il y a quatre ans, se nourrit d’amour et d’eau fraîche perlant sur les aiguilles du temps qui trotte. La voix de Berry berce comme une lumière de fin d’après-midi dans un ciel de volutes et de sucres d’orge, de dentelles et de photos fanées. Ça n’arrive pas souvent, et quand le printemps se fait attendre, qu’est-ce que ça fait du bien !

A lire aussi : Berry, le nouveau charme de la mélancolie

Berry Les Passagers (Casablanca Records/Mercury) 2012
En concert à l’Européen à Paris les 11 et 12 juin 2012

MySpace de Berry