Corneille

Corneille

Avec son sourire généreux et communicatif à toute épreuve, on en oublierait presque que Corneille sort déjà son cinquième disque studio en huit ans de carrière. Il signe avec Les Inséparables un album en français qui ouvre sa musique au rap et garde ses couleurs variété, soul et r'n'b.

Le jour après la fin du monde, le premier single, se fait l’écho versé d’espérance de Parce qu’on vient de loin, le succès qui a fait connaître Corneille au grand public. Le ton est donné, les chansons qui suivent ne parleront presque exclusivement que d’amour sur fond de r'n'b, et sont celles d’un jeune papa heureux qui en profite pour dédicacer une chanson à son fils Merik (Tout ce que tu pourras).

On regrettera que les morceaux les moins réussis arrivent assez tôt, car le tout mérite qu’on y prête l’oreille. Corneille ose des mélanges surprenants. Les couplets du titre Des pères, des hommes et des frères font presque penser à Daniel Balavoine alors que le refrain groove en duo avec La Fouine. Et même si l’on déplore des maladresses au cours des seize mesures laissées au flow du rappeur (le texte a été écrit d’une traite, et ça s’entend), la rencontre fonctionne plutôt bien.

En matière de hip hop toujours, on retrouve Le Meilleur du Monde, premier essai du chanteur avec TLF, sorti l’hiver dernier. Soprano vient lui-aussi prêter voix forte, dans Au bout de nos peines, au son des guitares de Lokua Kanza. L’occasion pour Corneille d’inviter à son tour (ici et sur Les Inséparables), le musicien congolais avec lequel il avait partagé le duo Plus vivant en 2005.

Mais on retiendra surtout de ce disque la flamme de vie que Corneille infuse dans ses musiques (Le bar des sentimentalistes, Tous les deux) et ses chansons d’amour. Des accents reggae de Dis-moi que tu m’aimes, qui désamorce les prises de becs du quotidien dans le couple, au swing de Mâle de cœur et sa déclaration épistolaire à sa femme, on a vite fait de s’y attacher, comme à la dernière sieste en hamac avant l’hiver.

Corneille Les Inséparables (Wagram) 2011
En concert au Bataclan à Paris le 15 février 2012