Un Monstre à Paris

<I>Un Monstre à Paris</I>

Depuis leur première collaboration il y a plus de dix ans, lorsque Vanessa Paradis et Matthieu Chédid (alias -M-) se retrouvent, c’est un peu l’heure de la récré qui sonne. Ils prêtent aujourd’hui leurs voix aux héros musiciens du film d’animation Un Monstre à Paris (réalisé par Bibo Bergeron) et à la bande originale de celui-ci, composée par Patrice Renson et M.

Paris, janvier 1910. La Seine sort de son lit, inonde la ville, mais épargne Montmartre et ses cabarets, où la vie bat son plein. Vanessa Paradis prête sa voix à Lucille, jeune chanteuse vedette de l’Oiseau rare, tandis que M est celle de Francœur, monstre mélomane et mélancolique (on pense à l’homme de fer blanc du Magicien d’Oz), qui sème la terreur bien malgré lui. Le tout sur fond de carte postale sépia très orchestrée.

L’album Un Monstre à Paris est un véritable conte musical, avec ses interludes, ses nombreux instrumentaux, et cinq chansons, dont La Seine. Malgré la figure féminine donnée au fleuve, le texte manque de poésie et la musique répétitive ne nous retient pas. Idem pour Un Monstre à Paris et L’Amour dans l’âme, les complaintes de Francœur. Peu importe, puisque c’est ailleurs que sont cachées les perles du conte.

Dans les instrumentaux, d’abord, avec notamment Emile et Raoul, jazz manouche comme la bande-son d’un film muet. Ou lors des moments de tension, quand cette dernière s’emballe dans des cordes inquiétantes (Tour Eiffel infernale) qui rappellent celles de la scène d’invocation des éléments de Fantasia.

Dans deux des chansons interprétées par Vanessa Paradis et M enfin. Le swinguant et ludique Papa Paname, avec son côté jazz New Orleans, idéal pour apprendre à claquer des doigts aux plus jeunes. Puis ce sera Un P’tit baiser, qui balance pas mal, pour rejoindre les grands sur la piste de danse, avant qu’il ne se transforme en Funky baiser, temple surprenant mêlant samples et afro-beat.

Un disque grand public donc, au rythme narratif excellent et qui plus est porteur d’images, qu’on ait, ou pas, vu le film.

Bande originale de film Un Monstre à Paris (Barclay) 2011