La liberté affichée de Yelle

 La liberté affichée de Yelle
Yelle © DR

Voici Complètement fou, le troisième album de Yelle, conçu entre la France et les États-Unis où le succès ne se dément pas. Des chansons électropop aux textes plus directs, mais parfois plus graves.

Sur la pochette, le visage de la chanteuse émerge d'un océan de pop-corn bleu, comme flottant entre Bretagne et Californie. Complètement fou, le troisième album de Yelle a été conçu entre Saint-Brieuc et Los Angeles, avec le réalisateur américain Dr Luke, lequel a façonné le son de Britney Spears ou de Katy Perry, une chanteuse américaine dont Yelle avait effectué les premières parties de concert.

Pour le disque précédent, le producteur techno Siriusmo avait apporté sa touche, par échange d'e-mails. Ici, Dr Luke a ouvert son studio californien aux Français et a trouvé dans son carnet d'adresses, différents collaborateurs, comme Cirkut, Billboard Matt, JMike et Madmax. Côté textes —toujours en français— Jérôme Echenoz, alias Tacteel de TTC, les a coécrits. Une nouvelle façon de travailler pour Yelle, qui avait l'habitude de rester en trio : Julie Budet la chanteuse, Grand Marnier et Tepr à la musique, ce dernier s'étant éloigné pour se consacrer à un projet solo.
 
La chanson Complètement fou qui ouvre l'album du même nom rappelle l'efficacité des synthés de Stromae. Cette électropop dansante flirte avec l'eurodance des années 90, façon Robin S. Le personnage campé par la chanteuse apparaît toujours aussi insouciant, libre et déluré. Après Pop-Up et Safari Disco Club Yelle chante encore les relations filles-garçons, mais de façon plus crue, il est question de sexe (Nuit de Baise I & II), et l'on peut déceler sens caché et second degré dans Bassin. Il n'est pas seulement question des relations hommes-femmes mais aussi du souvenir ébloui d'un passage en Toscane (Florence en Italie).
 
Sur scène, la chanteuse est accompagnée de deux batteurs, Grand Marnier et Franck Richard, ce qui décuple l'énergie des chansons festives de Yelle. Mais cet opus renferme un peu de mélancolie et de gravité avec le bref Dire qu'on va tous mourir ("Dire qu'on va tous mourir/Que toutes ces chairs vont pourrir/J'veux m'étouffer d'un fou rire") ou Coca sans bulles ("La question est 'est-ce que j'm'ennuie  ?'/Oui, j'm'ennuie"). Auxquels répond l'éthéré Bouquet final ("Je prends ce moment/J'me fous de ce que pensent les gens/Tout va sauter/Où serons-nous dans un an ?"). Un éloge de l'amour insouciant face à notre fin annoncée.
Yelle Complètement fou (Because) 2014
Site officiel de Yelle
Page Facebook de Yelle

En concert le 16 décembre à La Gaîté Lyrique à Paris.