Sébastien Tellier

Sébastien Tellier
© DR

Après le très réussi Sexuality, Sébastien Tellier livre un nouvel album, My God is Blue, dans lequel il se rêve gourou de l’Alliance Bleue. Un opus pop entre années 70 et futurisme.

Sébastien Tellier, nouveau gourou ? C’est ainsi qu’il apparaissait quelques mois avant la sortie de son sixième album My god is blue, dans le vidéo-clip Pepito Bleu : des personnes comme envoûtées se pressent devant un monument sur lequel trône le chanteur, arborant un gros médaillon bleu autour du cou. Sébastien Tellier entame une sorte d’incantation : "Pour commencer la prière des cieux/ Je vais m’asseoir décoré de Pépitos bleus/ Et je rêverai de toi et moi/ Dieu, comme j’attendais nos jeux".

L’album My God is Blue s’ouvre avec ce titre intriguant et se poursuit dans la même atmosphère, en apesanteur. Les chansons, en français et en anglais, sont orchestrées avec soin, amples, à la fois rétro et futuristes. Sébastien Tellier s’inscrit clairement dans la musique française des années 70, entre pop façon Polnareff et Gainsbourg, ou la musique synthétique de Jean-Michel Jarre. Mr Flash, un proche de Justice, a produit cet album, apportant cette puissance et cette amplitude sonores.
 
Après avoir déclaré que tout était politique (Politics en 2004), puis que seul le sexe l’intéressait (Sexuality en 2008), le musicien hirsute affirme avoir créé un mouvement spirituel, l’Alliance Bleue, qui va lui permettre de vivre totalement la vie qu’il a envie de mener. Il aurait eu sa révélation en buvant une décoction préparée par un chaman un peu charlatan à Los Angeles.
 
Bouffonnerie ou divagation mégalo ? Difficile de prendre Sébastien Tellier au sérieux, quand il incarne ce gourou entre Raël et le poète et prophète Zarathoustra. La musique n’est-elle pas un mouvement spirituel, avec ses grand-messes et ses fidèles parfois extatiques ? Alors, rejoignons l’Alliance Bleue et mangeons des Pépitos ! 

Sébastien Tellier My God is Blue (Record Makers/Barclay/Universal) 2012.