Le Printemps de Bourges conserve le feu sacré

Benjamin Biolay
Sur la scène du W au Printemps de Bourges 2013 © B. Brun

La 37e édition du Printemps de Bourges se tient jusqu’à dimanche dans la capitale du Berry. Débutée sous le soleil, la semaine a été marquée par une confirmation des incontournables de la saison (M, C2C, Benjamin Biolay), quelques belles découvertes et survolée par la grâce de Patti Smith.

L’affiche du 37e Printemps de Bourges représente un briquet surmonté d’un éclair, qui s’ouvre sur une flamme. Après une édition de l’an dernier qui avait quelque peu marqué le pas en termes de fréquentation, c’est un peu comme si les organisateurs devaient nous rappeler que le Printemps fait encore des étincelles. Le rendez-vous, qui donne le ton à la saison des festivals d’été, est toujours une référence dans le monde de la pop.

Dans un contexte où le monde de la musique est en sérieux manque des repères, le Printemps de Bourges a cette année encore, fait le choix de l’éclectisme. Tout en balayant un spectre musical des plus larges (du jazz au hip-hop en passant par la chanson) il joue toujours de ses contre-feux. Il inaugure une nouvelle grande scène (le W) et consacre dans le même temps, des lieux intimistes : théâtre, auditorium, salon d’honneur.
 
Dans le cadre de la petite salle du 22, les découvertes du printemps de Bourges, désormais appelées les Inouïs, servent toujours de tremplin aux meilleurs groupes en devenir de la musique française et francophone. Avant que toute la France ne soit au courant, c’est là que les carrières se font ou… simplement, en restent là.
 
Sous le soleil exactement… mais pas pour longtemps
 
Depuis mardi, le soleil de Bourges a déjà vu circuler quelques nouveaux noms : les rappeurs D-Bangerz, Nemir ou encore les rockeurs de Limiñanas. Dans un genre de rock à guitare très classique, les garçons et filles de Perpignan, ont largement détonné. Leur musique, qui marche déjà bien en Angleterre et aux Etats-Unis, s’est glissée dans le générique d’une série télévisée ("Gossip Girl") ; en direct, ça claque dans les aigus.
 
Du côté de la grande scène, M a allumé la mèche dès le premier soir. Matthieu Chédid porte désormais des lunettes magiques mais il a surtout depuis la recette pour faire chavirer les foules. Alors que les basses de son trio font vibrer tout le corps, sa voix suraiguë se perd dans le son brouillon du W, mais tout cela semble emporter quand même l’adhésion collective. Il fait dire que, dès qu’il a une guitare dans les mains, monsieur M possède une énergie communicative.
 
Au lendemain de ce baptême, c’est le collectif C2C qui a lancé ses platines dans le W. Revenus d’une tournée aux Etats-Unis avec un nouveau spectacle, les quatre DJ font désormais appel à plus de vidéos, plus de lumières et surtout, ils ont amené dans leur show des cuivres, des percussions et une kora. On sait le pouvoir de la harpe d’Afrique de l’ouest mais on ne l’aurait pas imaginée ici : avant la chute brutale des températures et la pluie annoncée  pour aujourd’hui, elle a littéralement fait souffler un vent chaud sur le Printemps.
 
Patti Smith… parce que la nuit nous appartient
 
Le grand incendie ne se situe pas toujours sur la grande scène et si la soirée rap et reggae du vendredi, où Alpha Blondy ouvrira le chemin à la rappeuse Kenny Arkana et à Public Enemy s’annonce comme un temps fort, l’événement du début de semaine a été la venue de Patti Smith à Bourges. L’ancienne icône punk, qui est au cœur d’une exposition retraçant sa carrière, a donné mercredi soir un concert tout acoustique à la cathédrale Saint-Etienne. Juste accompagné de son guitariste, Tony Shanahan, elle a habité l’endroit de sa présence mystique.
 
Vêtue de son éternelle chemise blanche, d’une veste noire trop grande pour elle et coiffée d’un bonnet, elle a offert aux 800 privilégiés qui s’étaient précipités sur les places, un moment d’une grâce inouïe. Quand la dame, dont les rides profondes sinuent sur le visage reprend People have the power, il n’y a plus qu’elle… et une présence intimidante au-dessus, parce que, dit-elle, la nuit appartient aux amoureux.

→ Site officiel du Printemps de Bourges 

→ A écouter aussi sur RFI l'émission "La bande passante" Printemps de Bourges le  27/04/13 et  28/04/2013