Island Africa Talent, dernière étape avant les éliminations

<i>Island Africa Talent</i>, dernière étape avant les éliminations
Les candidats interprètent <I>Asimbonanga</I> de Johnny Clegg © DR

En solo ou en duo, c’est le quatrième prime, pour les douze candidats du télé-crochet Island Africa Talent diffusé sur A+ et une douzaine de chaînes nationales africaines. L’enjeu ? Marquer des points pour devenir la future voix du nouveau label d’Universal, Island Africa.

Les voix ne tremblent plus, les fausses notes se raréfient, les jeux de scène s’affirment, le public se lève pour danser : cette semaine, le niveau grimpe d’un cran. Voilà maintenant un mois que les douze candidats d’Island Africa Talent vivent au rythme effréné des répétitions, du coaching et de la compétition à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire.

Une pression constante qui leur fait visiblement le plus grand bien : cette semaine, les personnalités se révèlent, en solo ou en duo, parfois de façon spectaculaire. L’enjeu du télé-crochet reste de taille : pour le gagnant, un chèque de cinq millions de francs CFA et la signature d’un contrat avec le nouveau label d’Universal dédié au continent, Island Africa.
 
Exigence
 
En préambule de ce quatrième prime, Didier Awadi, l’un des trois membres du jury, avait prévenu : "Aujourd’hui, on va être très regardant sur tous les détails". David Monsoh, qualifié de "Prix Nobel de la sévérité", confirme : "À ce stade de la compétition, il faut de la prestance et de l’élégance. On est dans un monde où le public est exigeant"… Une réalité qui inspire visiblement son regard sans complaisance de producteur.
 
Pour ouvrir le bal, Bill de Kinshasa et Nadège d’Abidjan interprètent le tube des années 90 de Youssou N’Dour et Neneh Cherry, Seven Seconds. Bill l’ambianceur a su convaincre dans un registre plus sensible, très attentif à Nadège, complètement habitée par le message de Neneh Cherry. A la fin de leur prestation, elle essuie quelques larmes, encore sous l’émotion du moment. "A Dakar, explique Didier Awadi, on a beaucoup entendu cette chanson et vous l’avez vraiment bien interprété, vous avez été justes tous les deux, mais Bill tu as ajouté des petites choses à toi, c’est bien".
 
Koite du Mali, la grande voix mandingue de la compétition, reste dans son registre de prédilection avec Jarabi Mousso de Mama Sissoko, mais son interprétation ne convainc pas le jury. "Il était dans son élément, mais n’a pas été à la hauteur, il aurait pu faire beaucoup mieux", lâche David Monsoh. Pour une fois, Didier Awadi et Barbara Kanam sont d’accord avec l’exigence de l’Ivoirien : Koite a une voix exceptionnelle qui ne supporte pas l’à-peu-près.
 
Révélations
 
Surprise de taille de la semaine : la prestation "zéro faute" de Kevin du Burkina Faso. Hyper à l’aise, séducteur, ambianceur, il interprète le morceau Mama Africa des Nigérians de Bracket, avec entrain et énergie. Un cocktail gagnant qui lui permet d’arriver à la septième place du classement. Une donnée cruciale, puisque la semaine prochaine, les candidats les moins bien notés seront éliminés de la compétition.
 
Autre coup de tonnerre : la prestation en duo de Eved de Brazzaville et d’Amly du Gabon dans Ain’t no moutain high enough, popularisée en 1967 par Marvin Gaye et Tammi Terrell. On avait deviné le goût d’Eved pour la soul, mais Amly avait eu jusque-là du mal à trouver son style et imposer sa personnalité.
 
En coupe afro et minirobe, délicieusement mutine et souriante, elle se transforme en icône de la Tamla Motown. A eux deux, ils crèvent l’écran ! "Quel beau couple artistique ! C’est formidable", s’enthousiasme Barbara Kanam. "Le duo était parfait. Vous nous avez emmenés loin", confirme Awadi. Eved passe à la quatrième place du classement et Amly, avant-dernière la semaine précédente, remonte en neuvième position.
 
En tête : l’indétrônable malgache Deenyz puis Binta du Niger, qui confirme sa place de numéro deux, avec son interprétation "sans complexe" de Ada Ada de Flavour. En guise de final, plusieurs candidats interprètent Asimbonanga de Johnny Clegg. Des amitiés se sont nouées et on sent une vraie complicité entre eux, mais tout doucement, la pression monte : la semaine prochaine sonnera l’heure des premières éliminations.
 
 
Site officiel d'Island Africa Talent
Page facebook d'Island Africa Talent