Les boucles hypnotiques de Francis Bebey

Les boucles hypnotiques de Francis Bebey
Francis Bebey jouant de la sanza © RFI/P.René-Worms

Le label Born Bad publie Psychedelic Sanza 1982-1984, une seconde sélection de morceaux de Francis Bebey qui témoigne de l’œuvre visionnaire du Camerounais. Rétro-futuriste !

"Le mélange unique et insolite de la musique traditionnelle africaine et des machines." Telle était la phrase d’accroche du double volume African Elecronic Music dédié au travail pionnier de Francis Bebey entre 1975 et 1982. Une réédition soignée, signée par Born Bad, label de qualité made in France.

Deux ans plus tard, le producteur Jean-Baptiste Wizz persiste et signe, en publiant la suite des aventures du Camerounais, dans une veine toujours aussi sublime, tout autant minimal compact. A ceux qui s’étonnent de la présence de l’auteur de la géniale Agatha sur le label phare de la scène rock radicale actuelle, le producteur répond : "La musique de Bebey est avant tout bricolée et bancale. Il fait son truc, totalement décomplexé, et c'est cela qui m'a plu. Plus que le punk, ou le garage, c'est cette dimension DIY qui est en réalité le fil rouge du catalogue Born Bad." Voilà pourquoi celui qui fut tout à la fois musicien, journaliste, écrivain, diplomate, ethnomusicologue..., se retrouve aux côtés de groupes français tels que les Jeunes Gens Modernes, groupe culte des années 1980, ou Cheveu, trio qui dépote.
 
Alors la musique de Bebey ? Dans la veine de ses bandes-son visionnaires (Savannah Georgia dès 1975), le géo-trouve-tout, plus que touche-à-tout, expérimente cette fois autour de la sanza. Patrick, un des enfants de Francis Bebey, raconte dans les notes de pochette la place dans la maison de cet "instrument mystérieux" : "L’instrument qui réussit à anéantir l’ennui que ressent le Créateur lui-même."

Boucles hypnotiques

 
Au début des années 1980, le poète musicien fait l’état de ses recherches du côté de ce piano à pouces, mais aussi des polyphonies pygmées, de la musique électronique… Résultat : un entrelacs de boucles hypnotiques à partir desquelles il pose des mélodies bien perchées. En fait, le natif de Douala nous embarque dans un voyage, ou plutôt un trip en forme de road-movie.
 
Onze vignettes au-delà du réel, à l’image de la pochette, onze titres qu’on croirait tout juste enregistrés, cette sélection montre l’éclectisme des ambiances, et démontre néanmoins la cohérence du propos. Bissau a tous les attributs des prophètes de la techno de Detroit, avec une voix venue d’ailleurs. Un thème d’une rare profondeur, suivi par Sanza Tristesse, construite sur un groove léger… Avant de repartir, pieds au plancher, avec une Africa Sanza qui flirte plus avec la house ludique… Plus loin, on rencontre des volutes de flûtes qui planent bien haut, des sons échappés d’on ne sait où, des voix qui racontent entre les lignes ce "livre de la jungle" version post-psychédélique. Jamais à la lettre, toujours dans l’esprit.
 
Francis Bebey invente une nouvelle grammaire, trace des pistes inédites. Il montre la voie, en jouant sur les sons. Et tout ceci nous rappelle combien cette personnalité hors norme décédée en 2001 manque à notre horizon. Comme le résume si bien JB Wizz : "L'humanité qui se dégage de l’univers …on ressent quelqu'un de foncièrement bon. C'est sans doute ce qui rend ses morceaux si touchants. Et puis il y a aussi ce côté ludique, ce désir de s'amuser en expérimentant qui transpire de chacun de ses morceaux. C'est frais et joyeux."
 
Francis Bebey Psychedelic Sanza 1982-1984 (Born Bad) 2014
Site du label Born Bad Records

A écouter : le Rendez-vous Culture (31/10/2014)