Plaza Francia, la place du tango

Plaza Francia, la place du tango
Plaza Francia © R. Corlouer

Les cofondateurs de Gotan Project, Christoph H. Müller et Eduardo Makaroff, s’associent à Catherine Ringer pour Plaza Francia, un nouveau projet centré autour du tango. Lors du dernier Printemps de Bourges et à travers son premier disque, A new tango song book, RFI Musique a suivi les premiers moments d’un collectif qui a mis de la pop dans la musique traditionnelle argentine.

Les lumières sont posées comme des étoiles en fond de scène et le nom de Plaza Francia se réfléchit en grosses lettres sur le rideau. En cette fin du mois d’avril, le Printemps de Bourges accueille durant trois soirs, le nouveau groupe des cofondateurs du Gotan Project, le suisse Christoph H. Müller et l’Argentin Eduardo Makaroff, et de Catherine Ringer. Pour le moment, le public retient son souffle, mais quelques instants plus tard, il ne sera plus question de respiration, ni de rien du tout d’ailleurs : la chanteuse des Rita Mitsouko aura emporté le petit théâtre de Bourges vers une Argentine rêvée.

La Ringer chante le tango avec un accent français à couper au couteau, mais qu’à cela ne tienne, elle s’incarne toujours en fée Carabosse, mettant sa fantaisie punk là où on ne l’attendait pas. "C’est en travaillant avec Catherine que j’ai réalisé à quel point c’est une grande chanteuse", s’étonne encore Christoph H. Müller, l’homme aux claviers et aux machines de Plaza Francia. Dans sa tenue noire très sobre ou sa robe rouge, plus sensuelle, Catherine Ringer personnifie cette musique que sur les rives du Rio de la Plata, on appelle en plaisantant "el lamento del cornudo" ("la plainte du cocu"- ndlr.)
De la pop dans le tango

Plaza Francia - qui porte le nom d’une place de Buenos Aires - donne au tango un côté pop, s’éloignant autant que possible de l’électro-tango popularisé dans le monde entier par Gotan Project. Si le groupe a gardé quelques sonorités synthétiques, il s’est largement tourné vers le "tango canción", le tango chanson. Toute ressemblance avec un groupe ayant existé n’est pas fortuite, évidemment, même si le duo Müller /Makaroff cite volontiers des influences éclectiques : Burt Bacharach, Steely Dan, Otis Redding, les Talking Heads…
Tandis que plusieurs voix ont été envisagées pour ce récital moderne, c’est finalement le nom de Catherine Ringer qui a émergé. "Nous étions à la recherche de chanteuses qui n’étaient pas issues de l’univers du tango et pas hispanophones, poursuit Christoph H. Müller. On est allé chercher Catherine pour son côté rock et quand elle a commencé à chanter, on s’est aperçu qu’elle a une âme tango. Cela tient sans doute au fait qu’elle aime la vieille chanson française. Elle a cette gouaille."

Est-ce le fantôme de Marcia Baïla qui passe par là ? Après le deuil qui a suivi la mort de Fred Chichin, signant la fin brutale des Rita Mitsouko, Catherine Ringer pourrait être au soir d’une renaissance artistique.
Des concerts sans artifices

Entièrement composé par le duo de musiciens/producteurs Müller & Makaroff et écrit avec "l’argot du tango", le premier album de Plaza Francia s’intitule A new tango song book - traduire : "Un nouveau livret de tango". Plus convaincant quand il prend au pied de la lettre la personnalité de son interprète que dans ses moments alanguis, il met au goût du jour la dramaturgie de cette musique et ses grands thèmes : l’exil, la nostalgie et bien sûr, les amours déçus…
Pour le transposer sur scène, le trio a donc opté pour une intimité à l’opposé des gros concerts et des projections vidéo de Gotan Project. Simplement accompagné d’un bassiste et d’un bandonéon, l’instrument du tango par excellence, Plaza Francia laisse volontiers de la place à ses musiciens. "C’est un parti pris, on a voulu éviter les artifices. C’est un concert live électrique, beaucoup plus dépendant de notre performance que Gotan Project, avec tous les risques que ça comporte. Mais la volonté de ce projet, c’est aussi de prendre des risques. Du risque peut aussi émerger la magie", assure Christoph H. Müller.
Toujours entre deux avions, Plaza Francia aimerait "désormais pouvoir amener Catherine Ringer jusqu’en Argentine" et pense déjà au deuxième disque qui pourrait émerger du "sommeil profond" de Gotan Project. "Le tango est comme certaines femmes, vous ne pouvez pas vous en défaire", dit Christoph H. Müller.
Ah, les histoires d’A…
Plaza Francia A new tango song book (Because music) 2014
Page facebook de Plaza Francia