Le son stellaire de Gush

Le son stellaire de Gush
Gush © DR

Gush, groupe électropop versaillais propose avec Mira, une galerie de chansons originales qui font planer ou danser. Le single Siblings est un hymne moderne rappelant les 70`s. Revue de détail avec RFI Musique.

Il y a du Bee Gees dans les voix de Gush sur Siblings. Et le chant strident de Massive Drum rappelle que cette approche vocale androgyne a toujours ses adeptes. Everybody‘s God ferme le disque avec ses va-et- vient doucereux de vocalises enveloppées dans un mélange synthé-pop et disco.

La force de ce groupe des Yvelines est de ne pas avoir eu peur de marcher sur les pas des voisins Phoenix, Air ou Daft Punk. Les petits princes franciliens viennent avec leur propre French touch en explorant les microsillons de house anglaise, de rock californien et d’hymnes italo-disco pour produire leur collage final.

Le rythme de Broke my heart rivalise avec les ballades de groupes électro contemporains comme M83 mais chose exceptionnelle dans l’album, c’est le seul titre qui ne permet pas de décoller. Il y a chez Gush une absence de sophistication systématique démontrée tantôt par une utilisation raisonnable des effets sonores possibles grâce aux progrès de la technologie, tantôt par un usage complètement déjanté.

La volonté du groupe est d’ouvrir toutes les portes du champ des possibilités. Gush atteint le cœur en une succession de vagues soniques fantasmagoriques et on est en plein rêve dans les étoiles. L’écriture artisanale rompt avec les caciques des productions électropop, avec beaucoup de spontanéité. On a envie de sautiller sur le son un peu suranné de Gush qui pompe tel un Shadock, sans pour autant gonfler.

Gush Mira (Cinq 7 – Wagram) 2014
Site officiel de Gush
Page Facebook de Gush
En tournée et en concert au Trianon le 21 mai.

A lire aussi : Gush, une fratrie dans le vent(25/06/2010)