Suarez

Suarez
© DR

Le groupe belge à succès Suarez signe son retour en France avec un second album, L’Indécideur, sur lequel la pop sage du quatuor s’aventure de plus en plus vers l’Afrique.

Il y a trois ans, on découvrait Suarez en adepte d’une pop folk francophone, soft et aérienne, proche dans l’esprit et la langueur des Français de Kaolin. Leur tube générationnel, On attend, ne laissait rien paraître de la diversité du groupe, de son histoire contrastée. Un chanteur de Mons, Marc Pinilla, gueule d’ange et voix de velours, et trois musiciens : Max, Pata et Dada, membres de la fratrie Njava, cette formation emblématique de la musique malgache depuis la fin des années 1980.

Un voyage fin 2009 fera légèrement infléchir la ligne artistique du groupe. Marc Pinilla et ses comparses font le voyage ensemble à Madagascar, à l’invitation de Graine de vie, une ONG en lutte contre la déforestation. L’expérience africaine est inédite pour le chanteur belge, qui se décidera à davantage "métisser" sa musique.
 
L’Indécideur se nourrit donc en partie de la douce transe et des guitares envoûtantes typiques du Sud-Est malgache et de Njava, son plus illustre représentant. Légèrement audible sur la chanson titre de l’album, le parti pris est totalement assumé sur Qu’est-ce que j’aime ça et ses entrelacs de guitare hypnotisants. Dans les paroles aussi, lorsque Marc questionne le regard sur l’autre et le multiculturalisme sur Ta différence.
 
Reste la voix, très indolente, et une production souvent trop lisse pour agiter l’auditeur. Dommage, car les quelques incursions dans les remous de la musique malgache laissent espérer le meilleur pour Suarez.
 
Suarez, L’Indécideur (PIAS) 2012
En concert le 17 mai au festival Alors Chante ! à Montauban et en tournée