Gros Mené, appât rock

Gros Mené, appât rock

Près de quatorze ans après avoir transformé le "rock sale" made in Québec, le groupe Gros Mené de Fred Fortin est de retour avec l’abrasif Agnus Dei.

 

En 1999, Gros Mené a connu un succès d’estime avec Tue ce drum Pierre Bouchard, disque qui a marqué à jamais le rock québécois. Puis, plus rien. Fred Fortin, bassiste et chanteur, a livré plusieurs albums solos, et le guitariste Olivier Langevin a plutôt planché sur son projet Galaxie. En spectacle, Fortin faisait bien quelques clins d’œil à sa mythique ex-formation, mais tous croyaient que l’aventure était terminée. Puis, cet été, la rumeur du grand retour s’est mise à circuler : ils se seraient à nouveau enfermés dans un chalet du Lac Saint-Jean pour enregistrer… 

Lourd, brut et abrasif, le son de Gros Mené a fait des petits depuis la fin des années 1990. À cette époque, c’était aussi la preuve que le rock en français pouvait être pris au sérieux. Avec Agnus Dei, le groupe – qui tire son nom paradoxal d’un petit poisson employé comme appât de pêche, le "mené" – reprend où il a laissé, avec un équipage légèrement modifié.
 
Des guitares omniprésentes, une facture rugueuse, un son live et un concept marin jusque dans les pseudos des artistes (Fred "Vieux Brochet" Fortin, Olivier "Truite" Langevin, Pierre "Crocodile" Fortin…); voilà ce que proposent les onze titres de cet album "masculin" dont les textes familiers parlent de femmes (Vénus), d’excès (St-Prime), de hockey (Bruins) et d’illusions (L’amour dans l’rock).
 
Sans réinventer le son de Gros Mené, Agnus Dei convie à des retrouvailles avec le genre : un stoner rock bien assumé, sans flafla et témoin d’une grande complicité entre musiciens de calibre.
 
Gros Mené Agnus dei (La Grosse Boite) 2012
 
A lire aussi : Galaxie électro-rock (1/12/2011)

Site officiel de Gros Mené