Vieux Farka Touré

The Secret
© dr

Surnommé "le Hendrix du Sahara" par les médias américains, le Malien Vieux Farka Touré a trouvé outre-Atlantique le soutien pour développer sa carrière. Avec l’album The Secret, il poursuit celle-ci dans un esprit plus rock que le blues africain incarné par son père, Ali Farka Touré.

 

Vieux, tout juste trentenaire, garde le pied sur l’accélérateur depuis qu’il a passé une vitesse supérieure avec l’album Fondo, paru en mai 2009. Un live a d’abord suivi treize mois plus tard et aujourd’hui, voici déjà The Secret, qui donne l’occasion au guitariste chanteur malien de se positionner sur un créneau un peu différent, parce que dans un périmètre mieux défini. Et accessoirement, d’occuper le terrain pour alimenter la chaudière de cette montée en puissance.
 
De la cérémonie d’ouverture du Mondial à Johannesburg en juin 2010 à celle des Grammy Awards de Los Angeles en février dernier (où il a reçu le précieux trophée attribué de façon posthume à son illustre père), le natif de Niafunké est sur tous les fronts. Sans oublier sa récente tournée aux États-Unis et au Canada avec le bluesman vétéran Taj Mahal – l’un des personnages du film de Martin Scorcese From Mali to Mississippi, auquel avait aussi participé Ali Farka Touré.
 
Ce nouveau CD illustre l’enracinement américain de Vieux, à la fois dans son entourage artistique et dans la couleur musicale de ces douze chansons. Aux manettes dans le rôle de producteur, Eric Krasno apporte une vision assez différente de ce qu’il développe en tant que guitariste du groupe Soulive depuis la fin des années 1990. Une bonne partie des musiciens vient d’outre-Atlantique. Issus d’horizons divers, ils trouvent leurs places aux côtés des Maliens, pour un résultat moins africain à la première gorgée, mais qui l’est encore largement sous ce verni inhabituel et réussi, dans des teintes rock blues. 
 
Si un ultime duo avec la figure paternelle sert de décor à la chanson titre, on trouvera aussi des accents "ledzeppliniens" dans le jeu de guitare des intros de All The Same ou Amana quai. Entre ces univers, le lien est plus naturel qu’on serait a priori tenté de le penser. Il y a quelques années, n’avait-on pas vu Robert Plant, le coauteur du tube Stairway to Heaven, au Festival au Désert, dans les dunes du Sahara ?
 
Vieux Farka Touré The Secret (Six Degrees/Universal) 2011
En concert le 15 juillet 2011 au Cabaret sauvage, à Paris.