Emily Loizeau veut une brassée de coquelicots

Vivre, respirer, manger et boire sans se rendre malade, voilà à quoi aspire Emily Loizeau dans la chanson "Viens avec moi mon vieux pays". © Martin Toloton

"Nous voulons des coquelicots !" Cet appel pour l’interdiction des pesticides de synthèse rassemble plus de 500 000 signatures. Lancée par Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo, cette initiative est relayée par une chanson, Viens avec moi mon vieux pays, interprétée par la chanteuse franco-britannique Emily Loizeau et le groupe Blind Seats.

"Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant".  Ainsi commence l'appel "Nous voulons des coquelicots", qui liste les désastres engendrés par l’utilisation massive de produits chimiques dans l’agriculture : cancers, troubles psychomoteurs, infertilité, le tiers des oiseaux disparus en quinze ans, la moitié des papillons éradiqués en vingt ans, etc.

La réalité de cette "nature défigurée", selon les signataires, Emily Loizeau l'a touchée du doigt quand elle est partie habiter en Ardèche, département rural du sud de la France, il y a une dizaine d’années. "J’ai été élevée par des parents amoureux de la nature, mais c’était un amour assez naïf, se souvient la chanteuse. En Ardèche, tout est devenu moins abstrait. C’est en vivant avec ceux qui travaillent avec la nature, subissent les changements climatiques, l’appauvrissement des sols, la disparition des insectes, que l’on se rend compte de cette réalité".  

"Je veux faire l’amour dans les champs"

Vivre, respirer, manger et boire sans se rendre malade, voilà à quoi aspire Emily Loizeau dans la chanson Viens avec moi mon vieux pays. "Je veux faire l’amour dans les champs / Je veux faire l’amour et des enfants / qui se baigneront dans les rivières…" proclame-t-elle encore dans un couplet.  

L’écologie, "ce n’est pas la déprime, assure Emily Loizeau. Nous devons trouver comment être avant-gardistes et modernes, respectueux et humanistes, pour garantir un équilibre social et écologique, pour nous et nos enfants". 

Et la jeune femme fait le lien avec la crise sociale, en France. Surmonter la crise écologique, "c’est possible, selon Emily Loizeau, à condition que l’on soit unis. C’est même ce qui va nous permettre de continuer à vivre ensemble. Le repli sur soi, la haine, la peur, l’égoïsme, ne provoqueront que des cataclysmes plus forts encore". 

Pour l’écriture, l’enregistrement, la diffusion et la promotion de la chanson Viens avec moi mon vieux pays, la filière musicale a travaillé bénévolement. Les éventuels bénéfices serviront à propager l'appel "Nous voulons des coquelicots".

L’Appel des coquelicots