Christophe, passé recomposé

Christophe se lance dans un album de duos intitulé "Christophe Etc.". © Lucie Bevilacqua

Toujours d'attaque pour explorer le beau bizarre, le dandy désinvolte s'aventure avec Christophe Etc. dans l'album de duos. Le casting convoque aussi bien la jeune et l'ancienne garde au milieu de télescopages et collage sonores. Une immersion troublante, audacieuse et libre.

Obsessionnel dans sa quête, apportant un souci maniaque aux détails, Christophe n'a sorti que deux albums de chansons originales en onze ans : la stratosphérique Aimer ce que nous sommes et l'excellent Les Vestiges du chaos. Cela ne l'a pas empêché de redéfinir entre temps son propre pedigree à travers une percée dans ses maquettes et expérimentations (Les Paradis retrouvés) ou les ondulations live de ses songes (Intime).

L'oiseau de nuit s'avance encore en orbite au sein de son propre répertoire. Et cette fois-ci, il sort l'atout "duos". Ne pas s'attendre, bien sûr, à une confortable revisite. Chez lui, il est plaisant et essentiel de s'égarer dans des espaces flottants aux contours vagabonds. La nostalgie de l'électro minimaliste de Señorita - en compagnie de Sébastien Tellier - dégomme la version chaloupée de l'original.

Les mots bleus drainent avec eux les Américains de Son Lux et se créent une nouvelle forme avec cette mélodie vénéneuse qui plonge dans l'acide sulfurique. Succès fou se baigne de l'Auto-tune des rappeurs Nusky et Vaati et s'arme de nonchalance. Petite fille du soleil embarque la chanteuse Camille pour jouer avec l'apesanteur comme on se balance dans un hamac.

En phase avec sa conception spatio-temporelle de la musique, Christophe coud et découd la matière sonore. Il trace les caps de mondes parallèles déjà connus et leur dessine des horizons nouveaux. De petites impressionnistes, de libres échappées belles dans l'éther, des envolées habitées, des invocations à la volupté et à la sensation. Du métallique offensif (Cœur défiguré, avec Panik), du minimalisme hypnotique (Un peu menteur, avec Raphael) aussi.

Christophe injecte une dose de déséquilibre et de mysticisme à La Man, morceau dont la voix de la Libanaise Yasmine Hamdan se glisse avec grâce. Moins aventureuses dans leur approche, mais à l’exécution impeccable, les participations d’Étienne Daho (Le petit gars) et d'Eddy Mitchell (Parfum d'histoires). Mais où est Aline ? Certainement dans un second volume à venir.  

Site officiel / Facebook / Twitter

Christophe Christophe Etc. (Capitol/Universal Music) 2019