Le festival l'Estival défend la chanson francophone

Maxime le Forestier. © RFI / E.Sadaka

La rentrée ne rime pas forcément avec la fin des festivals de musique. Plusieurs d’entre eux ont lieu en septembre. C’est le cas de l’Estival à Saint-Germain-en-Laye en banlieue ouest de Paris qui se déroule du 20 septembre au 5 octobre. Il s’agit d’un festival axé sur la chanson francophone et qui en est à sa 32e édition.

Défendre la chanson francophone sous toutes ses formes, soutenir le travail d’associations caritatives, mettre en avant de jeunes talents, c’est la devise de L’Estival depuis sa création il y a déjà plus de trente ans. Quatre villes de l’Ouest parisien accueillent les festivités : Saint-Germain-en-Laye bien sûr, mais aussi Le Vésinet, Le Pecq et Poissy.

À l’Estivale, pas de musiques électroniques, ni de rythmes endiablés, mais plutôt de la chanson à texte. L’occasion de belles découvertes par exemple Mathieu Kùzylarsen, qui en chantant en français, s’accompagne d’un oud. Mention spéciale aussi à Sanseverino qui a consacré l’intégralité de son tour de chant à la reprise de chansons de François Béranger, immense auteur contestataire des années 70 et 80, tombé dans l’oubli depuis sa disparition en 2003.

Autre tête d’affiche de cette édition 2019 : Maxime Le Forestier venu donner au Vésinet (dans un théâtre plein à craquer) le coup d’envoi de sa nouvelle tournée. Il était accompagné notamment à la guitare par un petit nouveau : son fils Arthur. Gros succès aussi pour un autre poids lourd : Marc Lavoine qui se produisait à Poissy devant une salle chauffée à blanc. Les Ogres de Barback ont retrouvé un public fidèle : ce groupe français défend depuis 25 ans (sans concession) une chanson française décloisonnée et ouverte sur le monde.  

Parmi les autres temps forts de l’Estival : "les Vitrines Decouvertes" françaises et internationales : l’objectif est d’encourager les nouveaux talents français, belges, suisses ou canadiens (et particulièrement québécois).

Enfin, fidèle à ses valeurs, l’Estival encourage chaque année une association. Pour cette nouvelle édition, il a décidé d’épauler médiatiquement et financièrement Women Safe, une association française qui prend en charge et accompagne les femmes victimes de violences.

Site officiel / Facebook du festival