Les mystères de la voix

Les mystères de la voix. © Getty Images/Tony Hutchings

Pour un chanteur, la voix est une signature. Cette empreinte sonore reste l’objet de bien des mystères. Des chanteuses et des chanteurs, ainsi que des gens qui travaillent la voix, lèvent un peu le voile dessus. Il y a tout ce qui s’explique, mais aussi tout un travail qu’il vaut mieux que l’auditeur oublie pour laisser place à son émotion.

C’est quand elle a perdu sa grande sœur, alors qu’elle était enfant, que Fatoumata Diawara a commencé à chanter. Longtemps resté comme un secret, son chant a d’abord remplacé ses larmes et puis il s’est mué en remède dans un quotidien qui l’ennuie très souvent. C’est bien plus tard que l’artiste malienne l’a partagé pour la première fois en public, à l’occasion d’un spectacle du Royal de Luxe.

Depuis ce moment, sa "voix" est devenue "une arme" dépassant le cadre du chant stricto sensu. "Quand les gens disent la voix, elle est la voie de beaucoup de choses pour moi. Elle est ma paix, ma compréhension. Elle m’aide à trouver des réponses face à des questions très politiques que je me pose tous les jours : l’injustice dans le monde, la position de la femme, celles des enfants. La voix, elle est tout pour moi", confie-t-elle.

Qu’est-ce qui permet à Fatoumata Diawara de dire que "le ciel s’ouvre" en elle lorsqu’elle chante ? Qu’est-ce qui fait un grand interprète ? Qu’est-ce qui fait le plaisir que procure une voix grave ? La voix est avant tout une question anatomique. "L’énergie de la voix, c’est le souffle pulmonaire. Ce souffle va faire vibrer les cordes vocales, qui le transforment en énergie vibratoire , explique le chirurgien-ORL, Jean Abitbol (1). Les deux cordes vocales sont situées à l’horizontale, juste en arrière de la pomme d’Adam, elles s’ouvrent et se ferment. La troisième chose, c’est la caisse de résonance, comme dans un violon. Cette caisse de résonance va jusqu’au niveau des sinus, du nez, et au-dessus des lèvres. C’est un élément fondamental, car elle va donner les harmoniques." L’oreille guide la voix, ajoute l’ORL, puisqu’elle permet d’en avoir une double perception, depuis l’intérieur et l’extérieur du corps.

"Il fait résonner tout son corps"

Indispensables pour un chanteur d’opéra, les prédispositions naturelles sont-elles importantes dans la variété, le rap ou le rock ? À quoi reconnaît-on une grande voix ? À sa puissance et ses montées vertigineuses dans les aigus, comme chez les chanteuses à voix des années 1990 ? Connu pour son travail avec Alain Bashung, Noir Désir, Mano Negra, ou Jean-Louis Aubert, Jean Lamoot est l’un des grands producteurs du rock français. Il a aussi enregistré de nombreux griots et musiciens dans toute l’Afrique de l’Ouest, comme Salif Keita. "Quelqu’un comme Salif a une vie de chant derrière lui. Il a acquis des techniques qui font que le son ne sort plus par la bouche, mais il fait résonner tous ses os et le son sort partout dans le corps ! C’est incroyable ! Quand je l’entends chanter, il y a des notes qui sortent de partout. C’est puissant, c’est fort ! Et quand je le regarde, son visage ne bouge pas. Il est figé comme une statue" , décrit-il.

Si la voix est une signature sonore, le chant implique tout le corps. "Dans ma musique, c’est peut-être ce qui est le plus lié à mon for intérieur. Pour chanter, il faut absolument que ma tête soit ‘off’ et que mon cœur soit bien en place. Si je suis déconcentré par quelque chose, je décroche. Je dois avoir l’impression de cet aspect vibratoire, qui va nous faire nous sentir bien ou mal", constate le Québécois Louis-Jean Cormier, leader du groupe Karkwa.

Pour Rosemary Standley, le chant relève parfois d’un "rituel" mystique difficile à expliquer. "Je pense que c’est un peu ça qu’on cherche et que l’on touche… par moments. Il y a une espèce de connexion au sol. C’est comme s’il y avait un fil entre le centre de la terre et le ciel qui passe par nous. Cela nous porte", constate l’âme du groupe Moriarty. Mais tout ceci est très lié "avec le fait d’être sur scène" et "qu’il y ait des gens" dans une salle de concert. "Cela n’arrive pas quand on est seul !"

Le chant comme vecteur

"Pour moi, le chant est un vecteur. C’est un passage, une transmission, un lien entre un avant et un après. Il faut essayer d’être le plus à l’écoute possible d’un texte, d’une histoire ou du sentiment qu’on veut faire passer", poursuit Rosemary Standley. De son côté, Jean Lamoot estime que la voix est "essentielle" à une chanson, parce que "c’est elle qui apporte le message, l’humeur sacrée" et "la magie".

Mais pour qu’elle porte sur un disque, il faut d’abord prendre en compte des paramètres de base : le timbre – c’est-à-dire, sa hauteur -, la puissance envoyée... "Cela va déterminer les arrangements que l’on va avoir juste en dessous. Il ne faut pas qu’il y ait des embouteillages entre les fréquences de la voix et puis celle des instruments", indique le producteur. L’un des secrets de fabrication de Jean Lamoot est d’utiliser deux micros pour capter le chant : l’un au son très chaud, un autre servant à rajouter des effets.

Celui qui jette une oreille attentive sur Fantaisie militaire, l’un des grands disques de Bashung, trouvera des échos qui permettent aux chansons de "s’envoler" et s’apercevra que le chant n’est jamais traité de la même façon d’un titre à l’autre. Pour Fonetiq flowers, de Lo'Jo comme pour ses albums de Salif Keita, le producteur a joué sur des questions/réponses entre chanteur et choristes.

Mais, même à l’ère des logiciels de correction vocale comme l’Auto-Tune, ce travail n’est guère possible sans des artistes qui connaissent parfaitement leurs capacités et leurs limites. Chanteuse lyrique et professeur de chant, Julia Pelaez a vu passer tous les élèves du Chantier des Francos, la réserve de talents du festival les Francofolies, à La Rochelle. Parmi les conseils qu’elle distille ? "Nez ouvert, pommettes joyeuses", afin que la voix trouve au mieux sa caisse de résonance. Et parmi les exercices qu’elle fait faire ? Mettre ses élèves en équilibre sur une bûche, pour qu’ils trouvent leur position optimale de chant.

"Le chanteur est un sportif de niveau, il faut qu’il fasse des exercices chaque jour. On n’est pas obligé de hurler de suite, on peut commencer par des petits exercices dans les plis de la voix. J’avais un professeur qui me disait : 'Tu prends ta douche tous les jours? Eh bien, tu fais ta voix tous les jours !'", rapporte-t-elle. Tout le reste, les fêlures, une émotion, appartiennent à l’intime de l’artiste et à la façon qu’il aura de les mettre en scène.

(1) Chirurgien-ORL ayant réparé la voix de nombreux chanteurs d’opéra et de variété, Jean Abitbol est l’auteur de nombreux livres sur la voix, parmi lesquels : L’odyssée de la voix, Flammarion, coll. Champs sciences, 2013 ; La belle histoire de la voix, De Boeck supérieur, 2019 ; Voix de femmes, Odile Jacob, 2019.