Mouss & Hakim, avec les mots de Claude Nougaro

Les Toulousains Mouss & Hakim. © Victor Deneumoustier

Les Toulousains Mouss & Hakim adaptent des textes inédits de Claude Nougaro dans leur Darons de la Garonne. Plus proches de la poésie que de l’engagement, les frères espiègles de Zebda restent pourtant bien dans leur élément. Leur disque a été fait "en famille" avec des musiciens du cru. La "gouaille" de Nougaro, ses sonorités acoustiques et rap parfois, vont comme un gant à ceux qui sont devenus des "papas" du côté de la ville rose.

RFI Musique : Ce disque a commencé quand la sœur cadette de Claude Nougaro, Hélène Bignon, vous a fait passer des textes inédits du chanteur…
Mouss : On est amis avec Cécile Nougaro, la fille de Claude. Elle a monté La maison Nougaro, une péniche qui est située aux Ponts-Jumeaux, à Toulouse, à la croisée du canal latéral et du canal du Midi. Le 9 septembre 2019, elle nous a invités pour célébrer le jour de la naissance de Claude, et elle nous a présenté sa tante, Hélène. Quand on la rencontre, elle nous dit quasi immédiatement : "J’ai des textes inédits. Est-ce que ça vous dirait que je vous les envoie pour en faire des chansons ?" Ça a démarré comme cela. Qu’on nous fasse confiance, ça nous a hyper dynamisés, même si de tout de suite, on a ressenti une certaine pression.

Quand vous recevez ces textes, comment les travaillez-vous ? Est-ce qu’ils sont achevés ou pas du tout ?
Hakim :
Oui, ils sont achevés puisqu’il y a un début et une chute. On les a d’abord beaucoup slammés pour se les mettre en tête et en bouche. On a fait des lectures à voix haute pour sentir le rebondissement dans les lettres, la musicalité des mots. On a essayé de comprendre comment Claude Nougaro écrivait ses textes en faisant en sorte que même si tu les lis, tu les chantes. La vérité, c’est que c’était une pression hyper positive parce que ça nous a mis sur des rails. Pour nous, ces textes, c’était de l’or en barre. Et ça restera ad vitam æternam : quand on parlera de Nougaro, on parlera aussi des Darons de la Garonne !

Claude Nougaro disait que les chansons, c’est du son qui fait du sens. Qu’est-ce qui vous touche chez lui ? La poésie des mots ou plutôt leur rythmique ?
Mouss :
On a une relation affective forte avec Nougaro, mais on n’est pas des "Nougarologues". Il y a de gens qui connaissent toute son œuvre et il y a de quoi, parce que c’est un poète, un chanteur, un danseur, un dessinateur. Nous, on n’est pas des experts. Mais on est touché à la fois par le sens artistique - on a la même manière de voir la musique...- et par le son. C’est lié au rythme de la phrase avec une certaine "gouaille". Notre défi était d’incarner ses textes. Mais on s’y est tout de suite retrouvé. Il y a des mots comme "Je suis frappadingue..." qui ne sont pas anodins.

Quelle chanson vous a le plus marqué l’un et l’autre ? Par quel texte, êtes-vous entré dans ce disque ?
Mouss :
Le premier texte qu’on reçoit, c’est Le lait caillé. Et le lait caillé, c’est toute notre enfance. On est des enfants de bergère et de berger kabyles. Pour nous, c’est une madeleine de Proust. Dans notre esprit, c’est typiquement kabyle alors qu’en fait, c’est aussi occitan. Cela renvoie à un point commun. Cette chanson, elle a fait sens. Elle nous a permis de faire ce pas de côté par rapport à notre parcours, en termes d’engagement, et d’ouvrir la porte à cette poésie qui est moins explicite que dans Motivés, Origines contrôlées ou Zebda. Je l’ai vraiment vue comme un signe qu’on était là où l’on devait être.
Hakim : Oui, Le lait caillé a fonctionné comme ça ! C’est comme si Claude Nougaro avait écrit ce texte pour nous. Après, j’aime bien Le saut de l’ange. Cela raconte comment le mec est charmé par la femme, mais il est en bas. Le rapport de séduction est inversé. C’est lui qui "bade" une trapéziste et c’est elle qui va décider. On est dans une société patriarcale et j’aime bien cette inversion des rapports de séduction. Dans Alice passe aussi, ça marche comme ça. Le concierge a ses moustaches qui frétillent et ça lui rappelle sa jeunesse. Mais Alice est dans l’escalier, huit marches plus haut. L’homme, il va rester à sa place.

Votre reprenez le morceau Nougayork. Pour quelles raisons faites-vous cette reprise ?
Mouss :
Au moment de faire ce disque, on avait les sept textes proposés par Hélène et on a mis aussi Bottes de banlieue, la chanson que Claude nous avait écrite en 2002. On avait huit morceaux et nous, on en voulait neuf. Le 9, c’était son chiffre : il était né le 9 septembre 1929. Le neuvième titre, c’est Nougayork. Le moment où on a accroché avec lui, c’était sur cette chanson. Nous étions de jeunes adultes, on avait 18 ans, et Nougaro était présent partout, parce que c’était son plus gros tube. L’idée qui est importante dans notre version, c’est de dire : "Des Minimes à New York". C’est ce quelque chose qu’on a vécu avec Zebda. On a fait notre album Essence ordinaire, celui de Tomber la chemise, qui s’est vendu 800 000 exemplaires, à New York. Ce que nous a apporté New York, c’est ce qu’il dit dans Nougayork !
Hakim : Reprendre Nougayork, c’était évident. Je ne ferais pas une reprise de Toulouse, par exemple... Nougayork, on l’entendait en discothèque entre UB 40, Bowie et The Clash quand on était jeunes. Nougaro, c’était quand même la star incontestable du pont des Minimes jusqu’à Barrière de Paris ! ( Les quartiers Nord de Toulouse, NDLA.)

Quel rapport personnel aviez-vous à Claude Nougaro ?
Mouss :
On n’était pas des intimes. On avait un rapport de fraternité et de transmission. Il faisait preuve de beaucoup de bienveillance envers nous. Ce qui nous liait, c’est cette fraternité de territoire. On est du quartier des Minimes, comme lui. Je pense qu’il aimait bien notre gouaille, comme on aime la sienne. Il avait cette énergie. On est comme ça aussi. Nougaro était connu pour être quelqu’un de très physique, qui n’avait pas peur de grand-chose. C’est quelque chose qui se ressent dans sa poésie et dans sa manière de chanter. Il avait quelque chose de très ancré, tonique, un peu bulldozer. À partir du moment où on l'a rencontré, il a été hyper attentionné avec nous. Il y a beaucoup de moments où il nous a quasiment adoubés !      

Mouss & Hakim Darons de la Garonne (Blue Line) 2021
Site officiel / Facebook / Instagram / YouTube