Toulouse Contour voit la vie en rose

Le groupe Toulouse Contour : Magyd Cherfi, Art Mengo et Yvan Cujious © Roshanak

Toulouse Contour sort Le Temps additionnel. Le premier album commun et épicé d’un trio d’artistes émérites : Magyd Cherfi, Art Mengo et Yvan Cujious. Ces Toulousains, hauts en couleurs, y célèbrent leur grande amitié et la chanson française, à travers dix reprises et créations originales. Forcément à l’accent du Sud. Rencontre pleine d’humour.

RFI Musique : Qu’est-ce-qui vous rassemble ?
TCT : Sans doute surtout la passion des belles chansons françaises, de ses grands textes. C’est plus cela que notre intérêt pour nos musiques respectives ! (Rires) On se retrouve depuis 2014 pour faire des petits concerts ensemble. Comme cela se passait bien, l’envie du disque est venue naturellement. D’abord on voulait faire un album de reprises. Et puis, évidemment, la gourmandise nous a poussé à faire nos propres chansons ! 

Ce disque, est-ce aussi le plaisir de se retrouver sur scène ?
Oui. Car les programmateurs demandent souvent un album. Ce qui est surprenant, c’est que nous qui sommes trois individus n’ayant rien à voir : un grognard gauchiste énervé (Magyd Cherfi), un lover à la voix canine (Art Mengo) et une sorte de compromis entre les deux (Yvan Cujious), on s’est retrouvés à rire davantage en descendant de scène qu’en y montant ! Il y a comme une alchimie. Comme artistiquement on est un peu sur la touche, cela donne encore plus de sel à ce groupe !

Vous reprenez Nino Ferrer (Le Sud), Francis Cabrel (Murs de Poussière) les Fabulous Trobadors (Demain, Demain) Zebda (Oualalaradime) et Pierre Groscolas (Lady Lay). Il fallait être Toulousain pour faire partie des reprises ?
Oh non, nous ne sommes pas du tout des militants occitanistes ! On voulait chanter les grands chanteurs du Sud-Ouest c’est vrai, mais sans dogme géographique particulier.

On imagine que vous avez enregistré à Toulouse… La ville-rose est-elle chère à vos cœurs ?
Oui. (Magyd Cherfi sourit) Ce n’est pas la même chose pour chacun d’entre nous. Yvan est très attaché à la vie culturelle de la ville qu’il connait par cœur, il va aux férias par exemple. Art Mengo a un rapport très différent. Je suis allé à Paris quand Zebda était en haut de l’affiche, mais j’ai un attachement fort à la ville. Si je dois définir mes racines, je me sens plus Toulousain que Français. Mon amour de Toulouse est presque politique.

Les filles, les garçons déconstruit des clichés sur les hommes, notamment leur prétendu insatiable appétit sexuel.
C’est aussi une façon de nous autoflageller. Nous sommes encore une énième bande où il n’y a que des mecs ! Beaucoup de groupes se prétendent féministes alors qu’on retrouve chez eux cette virilité malsaine, commune à tous les hommes. Nous sommes trois mecs qui abordons la soixantaine et avec le recul, on voit comme nous avons été masculins dans nos histoires…

Justement avec Le Blues du popotin, vous interrogez la fidélité avec humour en évoquant "la passoire à démons".
C’est la même chose. La chanson parle des hommes qui se disent "bienveillants" ou "exemplaires" dans leur attitude avec leurs femmes. Alors qu’on retrouve vite ces dernières à faire la cuisine de leur mec ou leur comptabilité ! Ils ont toujours un regard sur la femme d’à côté...

Dans Scène de ménage, vous vous moquez des révolutionnaires en pantoufles ! 
Exactement. C’est la bataille d’un couple dans laquelle l’homme se croit plus digne d’être interpellé par la misère du monde parce qu’il ne se maquille pas le matin. C’est un jeu de moqueries entre eux.

L’autodérision de ces chansons, c’est de l’humour juif, kabyle ou espagnol ?
Et pourquoi pas (Rires) ? Il nous fallait des titres sur des sujets qui interpellent chacun d’entre nous. Mais c’est plus lié à l’âge qu’à l’identité. L’âge nous donne un regard un peu épicé sur la société. C’est un constat noir sous couvert d’humour.

Les chansons abordent toutes le temps qui passe. C’est tragique ou drôle de vieillir ?
Un mélange des deux ! C’est une façon de dédramatiser sans se départir d’une certaine gravité. C’est à la fois notre récré et notre désespoir !

Toulouse Contour, Le temps additionnel (Bleu Citron) 2022

Site officiel / Facebook / Instagram / YouTube