Molécule et NSDOS, connectés à la nature

Molécule et NSDOS, connectés à la nature. © Vincent Bonnemazou

NSDOS comme Molécule sont des artistes qui se sont confronté à l'environnement hostile du Grand Nord. Un isolement propice à la création et à un questionnement sur la place de l’Homme dans la nature. 

Après avoir passé plus d’un mois sur un chalutier en mer du Nord (l’album 60°43’ Nord), Molécule a vécu 36 jours au Groenland, au début de l’année 2017, pour concevoir son dernier opus. Il témoigne : "Je me suis fixé le même dogme : partir avec une page blanche, composer sur place et ne pas rajouter une seule note à mon retour en France. Si le précédent album m’avait confronté aux éléments de la nature, souvent en colère, celui-ci s’est plutôt construit autour du silence apparent de cet univers glacé, majestueux et monochrome."

Ce monde, qui apparaît à première vue figé, regorge de micro-sons issus de la glace et de l’eau. Molécule n’était pas seul, mais isolé à Tiniteqilaaq, un village de 80 Inuits et 300 chiens de traineau, pris en étau entre vie traditionnelle et modernité, mais aussi touché par le réchauffement climatique. "-22,7° ce n’est pas une façon de gonfler le torse, mais de dire qu’en plein hiver au Groenland, c’était la température la plus basse atteinte."

© DR

Se reconnecter

Après un long périple (deux avions, deux hélicoptères et 8h en chiens de traîneau), Molécule est arrivé à Tiniteqilaaq avec ses 160 kilos de synthés, micros et autres instruments. Né à Grenoble, une ville nichée au cœur des montagnes mais extrêmement polluée, Romain de la Haye se dit d’autant plus sensible aux questions environnementales depuis qu’il est père et parce qu’il est un vrai citadin parisien. "Je ne suis pas voyageur dans l’âme et encore moins touriste. Cette expédition est motivée par la musique, elle me permet aussi de raconter une histoire, une démarche. Écouter, c’est une manière de se reconnecter à la nature. À mon arrivée, il n’y avait que 3 heures de soleil par jour. Je sortais 5 à 6 heures maximum dehors, les oreilles grandes ouvertes et un fusil à pompe en bandoulière, au cas où je croiserais un ours."

L’expédition au Grand Nord a été filmée et fera même l’objet d’une expérience en réalité virtuelle. Sur disque, pas de bruit blanc ou de grands silences, mais une techno à la fois majestueuse et glacée, souvent dansante.

Algorithmes

NSDOS est le projet de celui qui se fait appeler Kirikoo Des. Il a plutôt bourlingué lorsqu’il était enfant, suivant son père ingénieur, lequel lui a donné un goût certain pour les voyages… et les ordinateurs. Ancien escrimeur devenu danseur et mannequin, Kirikoo Des est un bidouilleur qui aime expérimenter : musique noise à base de vinyles abimés, électro aux sons d’une Game Boy, capteurs reliés à des insectes ou à un arbre. NSDOS est une sorte de projet "open source" à géométrie variable, tantôt duo (avec Walter Mecca), tantôt solo.

Attiré par l’Islande, il répondra finalement à l’invitation d’amis à venir occuper une maison en Alaska. "J’ai cherché l’extrême et à sortir de ma zone de confort : comment rester un artiste lorsque l’on a le minimum ? J’ai créé une dystopie : en voyageant, on déplace son point de vue. Je souhaitais intégrer des algorithmes issus de la nature dans la musique électronique, qui est binaire. J’avais créé pour cela un logiciel."

© DR

 

Danse

Resté huit mois sur place, avec quelques aller-retour vers New York ou Los Angeles, NSDOS capte des bruits de la nature façon "field recording", mais tente surtout de créer un design sonore, plus que de la musique.

Pour cela, il a utilisé des instruments qui ne sont pas utilisés en musique et qu’il a détournés, comme une station météorologique ou un système de "video tracking". Il explique : "Je recueillais des mouvements, des sons et des données mathématiques. Il y a un certain rapport avec la danse, entre les mouvements des arbres, de l’eau ou des nuages. Mais je ne souhaitais pas qu’Intuition soit 100% expérimental. J’ai traduit certaines sensations en rythmes de danse." Grincements, crépitements, sonorités cristallines ou puissantes, les deux volumes d’Intuition plongent l’auditeur dans des contrées musicales fantastiques, voire inquiétantes.

Chacun à leur façon, Molécule et NSDOS questionnent la place de l’homme dans la nature par le biais des machines. Les deux rêvent déjà d’autres voyages sonores. Le premier dans une jungle luxuriante et le second en Indonésie. Prêts pour l’aventure.

Molécule -22,7° (Mille Feuilles/Because Music) 2018
Page Facebook de Molécule

NSDOS Intuition Volume 2 (Upton Park/Uppercut Records) 2018
Page Facebook de NSDOS