AfrotroniX, l’obsession d'un Tchad futuriste

Caleb Rimtobaye, alias, AfrotroniX a été sacré meilleur DJ africain en 2018. © RFI/Aurélie Bazzara

Sacré meilleur DJ africain 2018, Caleb Rimtobaye, alias AfrotroniX, est de retour au Tchad, son pays natal, pour fêter sa victoire. L'occasion pour cet "afrofuturiste" de puiser de nouvelles sources d'inspiration et de peaufiner son projet fusionnant électro et rythmes traditionnels tchadiens. Rencontre.

RFI Musique : Vous avez été sacré meilleur DJ africain de l'année 2018 avec votre chanson Oyo lors des All Africa Music Awards à Accra, au Ghana. Qu'est-ce que ce prix vous inspire ?
AfrotroniX : C'est une grande fierté de revenir au Tchad avec ce prix. Les artistes tchadiens pensent qu'ils ne sont pas assez bons pour être compétitifs sur la scène internationale. Avec ce prix, je leur montre qu'on peut casser la baraque.

Habitant désormais au Canada, vous revenez régulièrement à N'Djamena. Est-ce important pour vous de séjourner au Tchad ?
Ces séjours me reconnectent à mes racines et nourrissent mon art. J'écoute le plus possible des musiques traditionnelles, notamment l'artiste Ildjima. Je passe également du temps avec ma famille, laquelle est composée de chanteurs et de danseurs. Les voir fiers de moi me conforte dans ma mission principale : faire connaître la musique tchadienne dans le monde.

Le 31 décembre, vous avez interprété Petit pays lors du festival Dary. Ce titre mélange du gorane, du sara et de l'arabe. Peut-on parler d'engagement alors que le pays semble divisé par les conflits communautaires ?
Je voulais affirmer mon identité de N'Djamenois et œuvrer pour un Tchad uni. Tout le monde a grandi avec un ami sara ou un cousin gorane. Mais on est gêné de l'exprimer à cause de l'histoire et des anciens qui continuent à prôner la division communautaire. Ce concert a montré que les jeunes sont au-dessus de ces clivages.

© RFI/Aurélie Bazzara
AfrotroniX entouré de ses fans à N'Djamena, janvier 2019.

 

AfrotroniX est un pseudonyme qui fait référence à l'afrofuturisme, un courant artistique dont vous vous revendiquez. Comment le définiriez-vous ?
Je définis l'afrofuturisme comme un futur vu par les Africains. Les jeunes Africains sont en permanence en train d'essayer de ressembler à des Occidentaux. L'Afrique devrait reprendre son futur et ses valeurs en main. Dans mes titres Tomorrow ou Haraï-Before they came, j'appelle la jeunesse africaine à s'intéresser à l'évolution technologique, car j'ai l'impression que c'est la technologie qui conditionne l'évolution de notre monde.

N'est-ce pas paradoxal de se définir comme "afrofuturiste" dans un pays où les réseaux sociaux sont bloqués depuis plusieurs mois ?
Je ne comprends pas cette peur. Heureusement certains jeunes comme au WenakLabs (un centre d'innovation à N'Djamena, ndlr) ne se laissent pas faire. Le gouvernement doit gérer autrement les conflits. Ce n'est pas à la jeunesse de payer pour ça.

Vous avez commencé la musique dans le groupe H'Sao composé de membres de votre famille. Pourquoi avoir pris le virage AfrotroniX en 2017 ?
H'Sao était perçu comme de la world music. J'avais envie de faire de la musique moins communautaire et plus universelle. Avec AfrotroniX, j'emmène la musique africaine dans des styles inhabituels comme la musique électronique qui m'a séduite. Pari réussi, car l'électro m'a permis de jouer de la musique traditionnelle tchadienne sur des scènes où H'Sao n'aurait jamais pu faire de prestation.

Justement, comment expliquez-vous que la musique tchadienne peine à se faire connaître du grand public ?
Elle a longtemps été une copie de la musique congolaise parce que le président Tombalbaye, fou de la rumba, a envoyé des artistes se former en RD Congo. Et ceux qui ont essayé d'autres styles ont été vivement critiqués. Aujourd'hui, notre musique est urbaine, mais elle ne vise pas assez un public international. Il faut aussi ajouter qu'aucune structure ne supporte les artistes au Tchad. Si un artiste ne se nourrit pas, il finit par mourir et son art aussi.

AfrotroniX NomadiX (Productions Sia Inc) 2017
Site officielFacebook / Instagram